Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 09Article 547618

General News of Friday, 9 October 2020

Source: Cameroon Info

Recherche Scientifique: près de 90% des résultats de la recherche restent dans les tiroirs

Le constat a été fait lors des journées scientifiques organisées du 6 octobre au 8 octobre 2020 par le Collège de Mathématiques et Sciences physiques de l’Académie des Sciences du Cameroun.

Le Collège de Mathématiques et Sciences Physiques de l’Académie des Sciences du Cameroun a organisé, du 6 octobre au 8 octobre 2020 à Yaoundé, des journées scientifiques sous le thème: «La science au service du développement national».

Au cours de ce rendez-vous, plusieurs chercheurs ont présenté le fruit de leur travail. Dans ce registre, Mohamed Mouafon, doctorant en Chimie à la Faculté des sciences de l’Université de Yaoundé 1 s’est démarqué. Il a présenté au public les résultats de ses travaux sur la conception des bougies d’un filtre à eau à base de la ressource naturelle. Notamment, l’argile ou la pouzzolane de Foumban, l’amidon de manioc et les os de bovins.

Autre exemple, le Pr Marie Hortense Tchuendem Kenmogne et Joséphine Ngo Mbing qui se sont lancées avec brio dans le champ de la santé. A partir des plantes et autres condiments bien connus de notre art culinaire, elles ont isolé des antibactériens etc. qui pourraient contribuer au bien-être sanitaire de la population, recense Le Messager en kiosque ce 8 octobre 2020.

Malheureusement, pour tous ces acteurs et bien d’autres, les résultats sont restés dans les laboratoires. «Les résultats existent et n’attendent que l’exploitation au niveau national», affirme pourtant le Pr Paul Woafo. Le Doyen du Collège de Mathématiques et Sciences Physique de l’Académie des Sciences du Cameroun, dont les propos sont relayés dans les colonnes du journal, déplore la problématique du «mécanisme de la diffusion des résultats obtenus par les chercheurs qui n’est pas suffisamment bien huilé pour permettre qu’il y ait un lien assez fluide entre les universités, les laboratoires dans les instituts de recherche et les partenaires dans les secteurs industriels. Il y a un effort à faire…», soutient-il.

Conséquence, près de 90% des résultats de la recherche restent dans les tiroirs. «Certains font des efforts pour exploiter les résultats de leurs travaux. Mais n’ayant pas suffisamment de moyens, il est difficile de le faire au niveau optimal. Certains établissent des collaborations avec des partenaires externes à l’Université et arrivent à produire un certain nombre de produits qui, sont mis à la disposition des populations. Mais celles-ci ne se rendent pas compte que ce sont des produits de la recherche locale», regrette le Doyen.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter