Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 30Article 594565

General News of Friday, 30 April 2021

Source: Le Messager

Rapatriement de corps: l'UCE lance le réseau 'au tretour aux sources'

L’Union des camerounais de l’Etranger veut mieux organiser le retour au pays natal des dépouilles de nos compatriotes décédés dans l’hexagone et en Europe.

Très souvent, c’est la même rengaine. « Notre frère de Strasbourg, notre soeur de tel arrondissement de Paris nous ont quittés tel jour. La veillée est annoncée pour le week-end suivant en attendant le départ du corps au pays pour le village ». La formule, pour habituelle qu’elle soit, ne véhicule pas moins d’émotion. Les préparatifs pour le rapatriement de la dépouille au sein de la grande famille des Camerounais de l’Etranger, commence souvent par une cotisation visant à réunir la somme nécessaire pour permettre au corps d’être convoyé via l’avion. On comprend alors la satisfaction du président de l’Union des Camerounais de l’Etranger, une fédération d’associations de plus de cent mouvements associatifs regroupant des exilés du triangle national.

Mettre fin au phénomène des quêtes publiques

« La diaspora camerounaise d'Europe se caractérise par sa diversité, telle que le témoigne la pluralité d’associations à l’intérieure desquelles les Camerounais se regroupent. L'Union des Camerounais de l'Etranger travaille depuis cinq ans sur l’organisation de la communauté camerounaise de France, notamment les différentes associations de camerounais qui existent à travers le vaste territoire français. Aujourd'hui, l'UCE c'est 128 associations qui travaillent ensemble pour le bien-être des compatriotes. Et parmi les multiples problèmes que nous rencontrons, il y a la problématique de rapatriement du corps », confie Eric Golf. Le président de l’UCE ajoute :

« A la suite de la disparition d'un membre de la communauté Camerounaise en France, il n'est plus rare de voir des quêtes publiques s'organiser afin d'amasser des fonds pouvant aider à assurer le rapatriement du corps. Cette approche prend de plus en plus d’ampleur.Devant ce phénomène, L’Union des Camerounais de l’Etranger a décidé de prendre le taureau par les cornes et a mis sur pied un programme qui s’entoure de tous les Camerounais volontaires et soucieux d’éradiquer le système des quêtes publiques à chaque décès ». Pour ce faire, l’UCE a pris pour modèle l’initiative du réseau retour au pays natal (Rpn) en place au sein de la Diaspora camerounaise au Canada.



Humaniser le dernier voyage

« L’Union des Camerounais de l’Etranger veut que chaque décès soit un décès de la communauté et comme tel, interpelle chaque membre à agir avec compassion et engagement. Plus l'effectif augmente, moindre est la quote-part individuelle, ainsi les dépouilles seront désormais rapatriées avec dignité et humanisme vers leur repos éternel et ce dans le strict respect de leurs dernières volontés », explique l’UCE précisant quant à la matérialisation du service : « Le dispositif est déjà opérationnel et les adhésions ont commencé depuis le 25 avril 2021. Pour les moyens humains et de logistiques, nous travaillons avec les présidents d'associations de notre réseau, eux, collecterons la participation de leurs adhérents.

C’est le cas déjà à Toulouse, Bordeaux et à Paris. Nous avons également dématérialisé, pour permettre aux personnes d'adhérer individuellement. Il suffit de télécharger le formulaire, le remplir et le signer puis nous l'envoyer à l'adresse de l'association et s'acquitter des frais d'adhésion par virement bancaire ou par paypal ».

Les conditions pour en bénéficier : «Etre Camerounais d'origine. Avoir son adresse principale en Europe centrale. Etre âgé de 10 à 75 ans ; payer sa cotisation : Tarif unique d’adhésion au réseau « Retour aux sources » : 15 € (carte de membre et numéro de matricule inclus) Participation de 5 € à chaque décès d’un membre du réseau. Participation au fonds de fonctionnement : 2 € par an ». En contrepartie : « Les bénéfices du programme Retour aux sources : Un capital de 7500 euros pour rejoindre votre dernière demeure au Cameroun ; Certitude de la réalisation de rapatriement ; Soulager votre famille du poids financier ; Soulagement au niveau des démarches administratives », conclut Eric Golf Kouatchou.