Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 20Article 563531

General News of Sunday, 20 December 2020

Source: Actu Cameroun

RSF en colère après la condamnation du journaliste Christophe Bobiokono à 2 ans de prison

C’est le verdict rendu par la Cour d’appel du Centre dans l’affaire qui oppose le journal Kalara, à Me Faustine Fotso, avocate et ancienne députée du RDPC.
Deux ans de prison avec sursis et une amende de plus de 3,9 millions de FCFA à l’encontre de Christophe Bobiokono. C’est le verdict rendu par la Cour d’appel du Centre dans l’affaire qui oppose le journal Kalara, à Me Faustine Fotso, avocate et ancienne députée du RDPC. La sentence est tombée le vendredi 18 décembre 2020.

Bobiokono et Mme Mbezele ont été reconnus coupables de «diffamation». Ainsi que d’«outrage à corps constitué». Ils sont coupables d’avoir diffusé un enregistrement sonore dans lequel la plaignante se vantait d’influencer la justice. Ils ont été condamnés à la même peine de prison avec sursis, à savoir deux ans. A l’inverse, Irène Mbezele écope d’une amande de plus de 1,5 million de FCFA.

Dans un communiqué publié le vendredi 19 décembre, Reporters Sans Frontières (RSF) «dénonce un simulacre de justice visant à tuer un journal d’investigation»: «Droits de la défense systématiquement violés, infraction non constituée, amendes exorbitantes… La liste des violations du droit à un procès équitable est aussi longue que celle des artifices utilisés pour se débarrasser de Kalara», énumère l’ONG de défense des droits des journalistes.



L’ultime recours

Contacté par RSF, Christophe Bobiokono a annoncé son intention de porter le dossier devant la Cour Suprême, ultime recours et dernier espoir de mettre fin à cet acharnement afin que le droit soit dit et que son journal puisse poursuivre son activité.

« Il y a un an, le premier procès contre Kalara, dont les débats s’étaient déroulés de manière expéditive pendant la nuit, avait déjà abouti à une improbable condamnation. Il était alors présidé par Joël Albert Bias lui-même et ce, alors que sa probité avait justement été mise en cause par Faustine Fotso dans la conversation dont Kalara s’était procuré l’enregistrement. Autre fait notable, l’un des témoins présentés par l’ancienne députée avait malgré lui fragilisé son ancienne patronne en confirmant que cette dernière avait bien tenté de corrompre les journalistes en leur remettant de l’argent lorsque ces derniers étaient venus à son cabinet pour lui demander des explications sur ses propos. », raconte RSF.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter