Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 16Article 613864

Politique of Monday, 16 August 2021

Source: L'oeil du Sahel

RDPC: liste des 23 présidents de sections écartés dans le Grand-Nord

Ils sont victimes d’une disposition particulière de la circulaire de Paul Biya Ils sont victimes d’une disposition particulière de la circulaire de Paul Biya

Ils sont victimes d’une disposition particulière de la circulaire de Paul Biya.

Le renouvellement des organes de base du parti au pouvoir n’a pas la même saveur pour tout le monde. Il en est ainsi de certains présidents de sections mis au banc pour mauvais résultats.

En effet, dans la circulaire du président national de ce parti datée du 08 juillet 2021, et spécifiquement dans la rubrique « conditions supplémentaires et spécifiques pour les candidates et candidats aux fonctions de présidente ou président de bureau de section», il y est écrit entre autres ceci : avoir conduit le Rdpc à la victoire aux élections municipales du 9 février 2020 dans la section, pour les présidentes et présidents de bureaux de sections R’dpc en poste.

Dans la pratique le parti au pouvoir écarte donc tous les présidents de sections partout où il n’a pas remporté l’élection Municipale. «Dans notre parti, une section épouse les contours d’un arrondissement, et un arrondissement correspond à une commune», précise Jacques Reved, militant Rdpc du Diamaré Centre I.

Dans la région de l’Adamaoua, ils sont au total 09 à tomber sous le coup de cette sentence. Il s’agit de :

- Daouda Oumarou, président de la section Rdpc Djérem 1 (Tibati),

- Aboubakar Ibrahima président de la section Rdpc Faro-et-Déo 1 (Tignère),

- Sani Mohamadou président de la section Faro-et-Déo 2 (Kontcha),

- Ahmadou Namadina président de la section Rdpc Faro-et-Déo 3 (Galim-Tignère),

- Hamida Dewa président de la section Mayo-Banyo Nord (Banyo),

- Abbo Bello président de la section Rdpc Vina sud 1-A (Ngaoundéré 1er),

- Hamadou Ali Bachir président de la section Vina sud 1-B (Ngaoundéré 2e),

- Abbo Hamadama président de la section Vina sud 3 (Nyambaka) et,

- Bouba Mohamadou président de la section Vina sud 4 (Martap).

06 présidents de sections dans la région du Nord ne pourront défendre leur strapontin :

- Ibrahima, président de la section Rdpc de Bénoué-Nord est (Pitoa);

- Mahoundé Tobi, président de la section Rdpc de Bénoué Nord est II (Baschéo) ;

- Alyoum Fadil, président de la section Rdpc Bénoué-est (Lagdo);

- Harouna Nyako, président de la section de Mayo-Louti Centre (Guider) ;

- Rassaf Qamavou, président de la section de Mayo-Louti Ouest (Mayo-Oulo) et,

- Ngambaï Clément, président de la section, de Mayo-Rey Sud-est (Touboro).

Tombent sous le coup des mêmes dispositions à l’Extrême-Nord:

- Issa Balarabé de Maroua 2eme (Diamaré-centre II) ;

- Chéou Sidiki de Dargala (Diamaré Sud-est);

- Manga Abba de Moulvoudaye (Mayo-Kani Nord);

- Danwé Raidandi de Touloum (Mayo-Kani Nord-est);

- Maga Ernest de Dziguilao (Mayo-Kani Sud-est);

- Gonondo Jean de Koza (Mayo-Tsanaga II);

- Karimou de Hina (Mayo-Tsanaga V) et

- Bihina Richard de Soulédé-Roua (Mayo-Tsanaga VII).

Au total donc, 8 présidents de sections dans cette région ne peuvent rempiler.

Globalement, dans les régions septentrionales, ils sont 23 présidents de sections à être concernés par cette disposition. Soit la moitié de l’effectif national, 46 présidents de sections sur les 360 dans le pays étant affectés par la mesure.

Pour autant, si à travers cette disposition le parti au pouvoir espère insuffler à ses responsables la culture du résultat sur le terrain, la mesure n’en est pas moins critiquée par certains cadres de cette formation politique.

«Dans les régions septentrionales, il y a des bastions imprenables de l’opposition et où les présidents de section abattent un travail formidable. Je peux citer les communes de Pitoa ou de Ngaoundéré 1er et 2eme, fiefs du Fsnc et de FUndp. Et là, ils sont mis à la touche, comme s’ils étaient le problème. Mon parti aurait pu trouver le judicieux astuce pour séparer les bons grains de l’ivraie, parce que le départ de certains présidents, défection va complexifier localement la tâche au parti», prévient Ousmanou Dagoudou, militant du Rdpc dans l’arrondissement de Ngaoundéré 2eme.

«Vous connaissez vous-même Ngaoundéré. Quand le parti évince un militant comme Ali Bachir, c’est pour espérer quoi ? Soyons sérieux», peste pour sa part Dame Hadjidatou Falma, militante du Rdpc à Ngaoundéré.

Un avis qui contraste avec celui de Hakda, militant dans la section Rdpc du Mayo-Tsanaga II pour qui cette disposition est salutaire pour sa formation politique.

«Ceux qui ne travaillent pas doivent en payer le prix politique, ceux qui ne font pas de résultats doivent céder la place. Le parti n’est l’héritage de personne, c’est un bien commun à tous les militants. Dans ma section, nous sommes satisfaits de cette disposition».

Rappelons que les opérations de renouvellement des organes de base de la formation politique au pouvoir ont été lancées le 07 août 2021 et devront s’achever le 30 septembre 2021.

Rejoignez notre newsletter!