Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 09Article 587770

General News of Friday, 9 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Révélations sur l’identité des personnalités impliquées dans le trafic d’or frelaté vendu aux Canadiens

Un bouc-émissaire a été condamné à 5 ans de prison pendant que les auteurs de cette escroquerie vaquent calmement à leur occupation, sous la protection de la justice et du haut commandement militaire.

Propriétaire d’un hôtel au quartier Bonapriso à DOUALA, YANOU Kester a été condamné ce 8 avril 2021 à 5 ans de prison ferme et à 42 millions de dommage et intérêts par le tribunal de première instance de Yaoundé-Centre administratif. Madame Nana Kamdoum, épouse d’un autre « feyman » au surnom de « Natacha », a quant à elle été libérée. Ce dernier est en exil au Ghana. Pendant ce temps, le colonel Bamkoui Émile, commandant de la Division de la Sécurité Militaire (SEMIL) et le capitaine Ibrahim, chef d’antenne SEMIL pour le Centre, continuent de vaquer librement à leurs occupations sans être inquiétés. Cette parodie de justice avait en réalité pour objectif d’enterrer ce scandale de trafic de faux lingot d’or (il s’agit en effet du cuivre fabriqué par un Centrafricain au marché Congo, à Douala) qui a fait perdre 2,3 milliards de FCFA à des hommes d’affaires. De l’escroquerie en bande organisée entretenue certes par des hommes d’affaires véreux mais couverte par la Semil du colonel Bamkoui Émile (qui a perçu 200 millions de FCFA dans le deal).



Il est indéniable que le scandale de trafic d'or frelaté qui secoue en ce moment le ghotta sécuritaire du Cameroun est une véritable patate chaude entre les mains du régime de Yaoundé. Autour de cette affaire qui pue de l'escroquerie en bande organisée et trahit la collusion entre le sommet de l'Etat du Cameroun et les milieux de la pègre, gravitent aussi bien des officiers supérieurs et subalternes des forces de défense et de sécurité camerounaises que des feymen (hommes d'affaires véreux). Revue des troupes:

NANA KAMDOUM:

Feyman très populaire et prospère dans la ville de Douala, Nana Kamdoum plus connu sous son pseudonyme "Natacha" est celui qui entre en contact avec les Canadiens pour leur miroiter une opportunité d'achat de 100kg d'or en République centrafricaine. C'est dans les bureaux de "Natacha" au quartier Bonamoussadi à Douala, que les 2,3 milliards de FCFA débloqués par les Canadiens ont été partagés parce que cet or en réalité était un or frelaté. Aux dernières nouvelles, Natacha se trouverait en ce moment au Ghana après avoir échappé aux éléments de la Division Régionale de la Police Judiciaire pour le Centre.

MADAME NANA KAMDOUM:

Connue sous le petit nom de LOBI, originaire du Cameroun anglophone, Dame Nana Kamdoum est celle qui jouait le rôle de traductrice auprès des Canadiens qui ne comprennent pas français. LOBI est gardée-à-vue à la Division Régionale de la Police Judiciaire pour le Centre à Yaoundé.

COLONEL JOËL EMILE BAMKOUI:

Commandant de la fameuse SEMIL, la Division de la Sécurité Militaire du ministère de la Défense (en charge de la discipline, du renseignement militaires et du contre-espionnage), machine à terroriser et à tuer du pouvoir de Yaoundé, ami de tous les feymen du Cameroun, le colonel Joël Émile Bamkoui peut être considéré à juste titre comme le chef de gang dans ce scandale de trafic d'or. C'est un certain Yanou Kester, autre feyman propriétaire d'un hôtel à Bonapriso à Douala, qui sollicite le colonel Bamkoui pour que ce dernier mette à sa disposition des agents ainsi que des cartes SEMIL pour le transport de la cargaison d'or frelaté de Yaoundé jusqu'à Yokadouma (est du pays) et de Yokadouma jusqu'à Douala. De sources bien informées, Émile Bamkoui a perçu des centaines de millions de FCFA dans cette affaire. Le commandant de la SEMIL est très lié à Nana Kamdoum alias Natacha qui lui reverse un pourcentage (des centaines de millions) de son affairisme.

CAPITAINE IBRAHIM
Chef d'antenne SEMIL pour la région du Centre, le capitaine Ibrahim est celui qui, sur instructions du colonel Bamkoui, dirige l'escorte faite d'agents SEMIL qui entoure le convoi des Canadiens et de Yanou Kester de Yaoundé pour Yokadouma en passant par Bertoua, en vue de réceptionner de l'or venu de Centrafrique.

COMMISSAIRE MOÏSE EMANE EMANE:
Adjoint du chef de la Division Régionale de la Police Judiciaire pour le Centre à Yaoundé, le commissaire Moïse Émane Émane est celui qui referme le piège tendu aux hommes d'affaires canadiens en les mettant aux arrêts sous un motif fallacieux de trafic illicite d'or, faux et usage de faux. Il a fallu l'intervention du Haut-Commissariat du Canada au Cameroun que les Canadiens ont été libérés. Ces derniers exigent le remboursement de leur argent et leur jet privé est toujours stationné à l'aéroport de Yaoundé-Nsimalen.

MIMBANG ARISTIDE
Lorsque les Canadiens achètent les 100kg d'or dont ils étaient loin de savoir la nature frelatée, les vendeurs, pour les piéger, leur miroitent une autre cargaison de 118kg. C'est ainsi qu'entre en jeu le coordonnateur du Programme d'Appui aux Activités Minières (CAPAM), Mimbang ARISTIDE. Ce dernier leur suggère de porter le chiffre 118 pour remplacer 100 porté sur le document CAPAM qui les autorise à acheter de l'or au Cameroun. C'est au moment où les Canadiens étaient en train de modifier le contenu du document tel que conseillé par Mimbang ARISTIDE qu'ils seront interpellés par les éléments de la DRPJ pour le Centre. Pourquoi arrêter les Canadiens ? Pour qu'ils ne se rendent pas compte que de l'or qui leur a été vendu était de l'or frelaté et profiter de leur détention pour détourner leur argent.

LUC NDI NDI
Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Yaoundé, Luc Ndi Ndi a été mis à contribution pour ouvrir un simulacre de procès contre les Canadiens. Le magistrat aurait perçu quelques millions de FCFA pour jouer à ce jeu. C'est quand les diplomates canadiens commencent à faire pression que, parce qu'il n'a pas été bien payé, selon lui, Luc Ndi Ndi décidé de faire interpeller les protagonistes de cette maffia par la DRPJ pour le Centre, sur instructions du Délégué Général à la Sûreté Nationale, Martin Mbarga Nguele.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter