Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 15Article 534925

General News of Saturday, 15 August 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Révélations chocs: une milice armée au NOSO, parraînée par Amougou Belinga

Le vice-président du gouvernement intérimaire du sud du Cameroun, Dabney Yerima, a déclaré que le régime de Biya French Cameroun a besoin des milices armées pro Yaoundé connues sous le nom d'Atanga Nji Boys pour discréditer les forces de restauration d'Ambazonia et que le dictateur français du Cameroun, âgé de 87 ans, utilise des fonds fournis par la communauté internationale pour lutter contre la pandémie de COVID-19 pour soutenir la campagne génocidaire en République fédérale d'Ambazonie.

" Biya et le Cameroun français ont besoin des Atanga Nji Boys dans notre pays pour tromper l'opinion publique internationale", a déclaré Dabney Yerima lors d'un briefing sur l'état de la révolution du sud du Cameroun à Den Hague.

Les Atanga Nji Boys créés et parrainés par le ministre français de l'Administration territoriale du Cameroun avec des fonds supplémentaires d'Amougou Belinga, propriétaire de la chaîne de télévision Vision 4 , sont désormais les plus violents du type jamais connus des Camerounais du Sud.

Les dernières semaines et jours ont mis le sud du Cameroun à l'honneur pour toutes les mauvaises raisons.

La vie humaine semble sans valeur tant pour les combattants séparatistes que pour les Atanga Nji Boys soutenus par les troupes gouvernementales qui se sont déchaînées dans la région et dans le processus, laissant une traînée de mort et de destruction.



Au cours de la semaine dernière, plusieurs personnes ont été décapitées et de nombreuses autres kidnappées dans le sud du Cameroun, ce qui a amené la communauté internationale à dénoncer les combattants séparatistes qui donnent une très mauvaise réputation à la rébellion bien intentionnée.

Les troupes gouvernementales se mettent également sur la ligne de tir en commettant des atrocités qui en ont fait des ennemis du peuple plutôt que des alliés en tant qu'éléments criminels, certains parrainés par le ministre de l'administration territoriale du pays, Paul Atanga Nji, font foin des combats en cours dans le sud du Cameroun pour s'enrichir et étouffer une rébellion qui a débuté il y a environ quatre ans lorsque la minorité anglophone du pays a accusé le gouvernement de Yaoundé de décennies d'injustice et de marginalisation.

La flambée de violence vise principalement des civils innocents, dont la plupart sont des jeunes filles qui veulent simplement mener une vie normale.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter