Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 09Article 554755

General News of Monday, 9 November 2020

Source: Actu Cameroun

Résolution de la crise anglophone: rencontre secrète entre Sako Ikome et Elie Smith

Selon le journaliste international anglophone, les leaders séparatistes ont tort de kidnapper les Camerounais pour se faire entendre.
Après l’enlèvement du Cardinal Tumi par des séparatistes, les gens se demandent que s’est-il passé pour que le prélat se retrouve otage des ambazoniens. Invité ce lundi matin sur ABK radio, Elie Smith, le coordonnateur de la Conférence générale des anglophones (AGC), apporte des réponses.

« Le Cardinal a organisé la AGC pour transmettre les doléances du peuple Anglophone au gouvernement. Mais les sécessionnistes ont trois griefs contre lui à savoir il refuse de soutenir le mouvement car se définissant comme fédéraliste. Il leur reproche d’être intolérants envers le peuple et le gouvernement, il les qualifie de méchants parce qu’il empêche les enfants d’aller à l’école », déclare le Journaliste et porte-parole AGC.

Au sujet de la résolution de la crise anglophone, Elie Smith dit avoir rencontré certains leaders séparatistes : « J’ai déjà rencontré Sako Ikome( c’est l’un des leaders séparatistes des régions anglophones, NDLR) et sa bande et je leur ai dit que nous sommes tous Camerounais et qu’on devraient trouver la voie du dialogue. Je suis peiné de me rendre compte que les Africains ne peuvent pas se réunir pour résoudre leurs problèmes au point où il faut que ce soit la suisse qui soit médiateur », révèle-t-il.

« Il faut savoir avoir raison »

Le journaliste ajoute : « Dans la vie vous pouvez avoir raison mais c’est la manière. Il faut savoir avoir raison. La seule solution dans ce problème de la crise anglophone, c’est le dialogue. Ce n’est pas en tuant, ni en prônant la violence. »

Selon le journaliste international camerounais anglophone, le gouvernement doit massivement investir dans ces deux régions. Autre conseil. La démocratie doit également être effective dans ces régions.
« Donc, les représentants de ces régions, qu’ils soient dans le parlement ou dans les assemblées régionales, ne doivent pas être choisis par Yaoundé, mais, par leurs populations. S’ils font tout cela, ce serait une très bonne chose. Et s’ils ne le font pas, la crise va peut-être s’arrêter, mais pour un certain temps. Des décennies plus tard, cette crise ressurgira. Or, ce n’est pas bien d’avoir une crise cyclique », avait prévenu Elie Smith, dans une interview au journal Mutations en octobre dernier.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter