Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 15Article 541597

General News of Tuesday, 15 September 2020

Source: camer

Répression de la révolution : les dernières instructions d'Atanga Nji aux gouverneurs

Le ministre de l’Administration territoriale demande de surveiller les militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, donne les instructions fermes aux gouverneurs de trois régions : le Centre, le Littoral et l’Ouest. Il est question que ces autorités administratives déploient les moyens de l’Etat pour empêcher les manifestations prévues dès le 22 septembre prochain. Paul Atanga Nji relève dans son message fax que : « les informations concordantes font état de ce que les responsables du MRC des trois régions promettent d’organiser les manifestations illégales dès le 22 septembre 2020 ».

Selon le ministre, toutes les personnes agissant pour le compte du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), lors de cette manifestation devront immédiatement être interpellées et placées en garde à vue administrative. Cette mesure concerne toutes les personnes qui se retrouveront sur la voie publique. Plus grave, le ministre de l'Administration territoriale demande de surveiller les militants du MRC. "



Vouloir bien mettre en place système de surveillance de tous militants et sympathisants du parti politique", écrit-il. La garde à vue administrative est de 15 jours renouvelable une fois. Cette sortie de Paul Atanga Nji intervient après les mesures prises par certains gouverneurs des régions la semaine dernière. Le gouverneur de la région du Centre et celui du Littoral ont décidé d’interdire les manifestations politiques non autorisées dans leur territoire de compétence.

La correspondance du ministre adressée aux trois gouverneurs vise à maintenir l’ordre avant, pendant et après la tenue de l’élection des conseillers régionaux prévue le 6 décembre 2020. Le 7 septembre dernier lors d’une conférence de presse donnée à Yaoundé, le ministre de l’Administration territoriale avait fait une mise en garde à l’endroit de toutes les personnes qui vont tenter de perturber l’élection des conseillers régionaux Les cadres du MRC réitèrent qu’ils vont lancer les séries de manifestations pacifiques dès le 22 septembre prochain pour exiger le départ du président de la République.

Dans une déclaration signée par le secrétaire général de ce parti politique, le MRC dénonce les menaces graves et intimidations du « régime » sur les militants de ce parti politique. Les responsables de la formation politique demandent aux autorités compétentes d’encadrer la manifestation pour éviter les débordements. Maurice Kamto, le leader de ce parti avait annoncé le 24 août 2020, que le parti politique dont il a la charge s’oppose à l’organisation de l’élection des conseillers régionaux dans un contexte de crise. Il avait réitéré son vœu de lancer les manifestations pacifiques au cas où l’élection des conseillers régionaux était annoncée.

Le parti exige depuis plusieurs mois la révision consensuelle du code électoral et la résolution de la crise sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Lors du double scrutin du 9 février 2020, le MRC n’avait pas pris part à ce double scrutin. Après la présidentielle de 2018, les cadres du MRC ont lancé des mouvements de résistance qui ont conduit à l’interpellation et à la mise en détention préventive dans certaines prisons de plus de 250 militants de ce parti.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter