Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 21Article 550663

General News of Wednesday, 21 October 2020

Source: 24cameroun.com/

Régionales 2020 : violente guerre Rdpc contre Rdpc dans le Sud

Région d’origine de Paul Biya, le président de la République du Cameroun, son parti sera seul en lice dans les quatre départements de cette région. L’on note cependant une vive rivalité entre les militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Pour les élections régionales du 6 décembre 2020 au Cameroun, l’on enregistre quatre listes dans les quatre départements de la région du Sud Cameroun. Toutes les listes sont celles du Rdpc, le parti au pouvoir. Très attendue, l’élection du futur président du conseil régional de cette région d’où est originaire le président de la République du Cameroun Paul Biya.

« Au-delà de Paul Biya, le Sud doit se trouver un patron d’envergure qui puisse y tenir ses réseaux », résume un connaisseur du RDPC. Depuis les décès, en 2010 et 2019, de Ferdinand Léopold Oyono et Martin Belinga Eboutou, anciennes éminences grises du chef de l’État, et l’emprisonnement du ministre Edgar Alain Mebe Ngo’o, la région se cherche un leader au plus près du « patron », au cœur même du palais présidentiel », peut-on lire dans Jeune Afrique.

Emmanuel Edou
D’après le journal, le ministre de l’Enseignement supérieur et secrétaire national à la communication du Rdpc, Jacques Fame Ndongo (69 ans), tient la corde. Il a l’oreille de Paul Biya et se place déjà en véritable tour de contrôle du Sud, comme peut l’être Jean Nkuete pour l’Ouest. Mais Jacques Fame Ndongo n’est pas le seul à vouloir asseoir ses réseaux au Sud pour rayonner à Yaoundé. Certes, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, semble se tenir en retrait, fragilisé qu’il est par les déboires du patron de Vision 4, Jean-Pierre Amougou Belinga, poursuit le journal.


Le directeur du cabinet civil du président, Samuel Mvondo Ayolo, resté longtemps à l’étranger en tant qu’ambassadeur, ne s’est lui non plus pas impliqué directement. Mais d’après Jeune Afrique, la présidence devrait se jouer entre Samson Ename Ename et Samuel Minko. D’autant que d’autres figures régionales, pressenties candidates à ces élections, ne s’alignent finalement pas, telles que l’ancien ministre et porte-parole des élites de la Vallée-du-Ntem, Emmanuel Edou, ou Guy Roger Zo’o Olouman, l’ex-délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine d’Ebolowa.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter