Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 23Article 543775

Actualités Régionales of Wednesday, 23 September 2020

Source: LE BAGAM INFOS

Régionales 2020: le groupement Bagam comme un géant au pied d'argile

A l'ouest - Cameroun, la commission régionale au sein du Rdpc, a récemment rendu publique la liste des candidats aux élections régionales du 06 décembre 2020. La circonscription départementale des Bamboutos récolte 12 sièges. Et sur les 12 sièges, y compris le collège des chefs traditionnels, Galim s'en sort seulement avec 2 places. Cette répartition illégale semble créer les frustrations à Galim. Compte tenu du score éloquent voire éclatant disent-ils, fournis par cette circonscription électorale lors des dernières élections municipales et législatives. Selon plusieurs hommes politiques locaux, il s'agit d'un acte d'injustice qui mérite d'être réparé, lorsqu'on sait d'emblée que tous les arrondissements se valent.

Plus grave, le village Bagam de par sa superficie et sa population, s'en sort avec zéro candidat investi. Les deux candidats investis au conseil régional sont issus respectivement des groupements Bamendjing et Bamenyam. Il s'agit de Mvesset Jonas et Fomekong Moko Leonel. Ces choix discriminatoires ont créé d'énormes frustrations et de divisions au sein de ce groupement. Le courroux des militants de base est de plus en plus perceptible à Bagam, principal vivier du Rdpc dans l'arrondissement de Galim.

Par ailleurs, les adeptes du parti au pouvoir à Bagam sont en colère depuis la publication des listes de candidatures. Or Bagam est plus peuplé que les autres groupements. Les populations ne comprennent pas comment Bagam n'a pas au moins un représentant au niveau régional. Est-ce à dire que les voix des hommes politiques Rdpc natifs Bagam ne portent plus ? Sont-ils corrompus ou manipulés ? Une source nous renseigne que le chef Bagam de son vivant, ne pouvait cautionner un tel acte. D'aucuns sont convaincus qu'une crise latente serait entretenue entre le chef de la délégation permanente départementale du Rdpc dans les Bamboutos Emmanuel Nganou Djoumessie et le groupement Bagam. Une piste d'analyse qui n'est pas négligeable, lorsqu'on connait le fonds de certains dossiers et faits historiques. Cette injustice vient une fois de plus rappeler le fameux projet de désenclavement des bassins agricoles de l'Ouest. Sur le lot qui concerne Galim, notamment la nationale no 15, les travaux non seulement sont très mal exécutés, mais aussi évoluent à pas de caméléon. La bretelle Mbouda - Bamesso étant privilégiée par rapport à la nationale numéro 15.
Le défunt maire de Galim (1996 - 2002) ottou Notewo Samuel inhumé il y'a quelques semaines, reste et demeure le seul natif Bagam à occuper le poste de Maire. Le maire actuel et le 1er adjoint sont tous de Bamenyam. La 2e adjointe est de Bamendjing. Et la Député Hon. GHIMBOP Joséphine Epse Simo s'est mariée à un natif Bati.

Selon certains analystes politiques, Galim avait droit à 3 sièges dont 2 sièges de conseillers régionaux et un siège du chef Traditionnel notamment 2e degré. Et ce poste en principe revenait au chef supérieur Bamendjing sa Majesté Pekeko Feko Issac. Sachant que même de son vivant, le chef Bagam ne pouvait pas briguer à ce poste. Car il est déjà conseiller municipal à la commune de Galim. Tout comme le chef supérieur Bati sa Majesté Tchuetchue Mbokouoko Rodrigue. Quant au chef supérieur Bamenyam Mouozie Moko, il est magistrat administratif récemment affecté comme attaché au parquet, auprès de la cour d'appel du Nord à Garoua. Poste incompatible. C'est l'une des raisons qui fait dire que ce poste revenait au chef supérieur Bamendjing. Ce dernier a bel et bien constitué ses dossiers de candidature, au même titre que l'un de ses sujets au nom de Mvesset Jonas, par ailleurs chef de 3e degré. Pour contrer le chef supérieur Bamendjing, le choix a été porté sur son sujet.

A l'état actuel, deux chefs traditionnels ont été privilégié dans l'arrondissement de Mbouda au détriment de l'arrondissement de Galim .Il s'agit des chefs supérieurs Balatchi et Bamendjo. Si on revient à Galim , on a envie de dire que l'un de ses sièges des chefs traditionnels revenait à sa Majesté Pekeko Feko Issac de Bamendjing . Aucune voix des responsables locaux du Rdpc à Galim n'a été entendue pour dénoncer cette injustice . Doit -on continuer à subir ce diktat? . Une image qui fait dire que Bagam serait comme un géant au pied d'argile et par ricochet l'arrondissement de Galim.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter