Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 04Article 553867

General News of Wednesday, 4 November 2020

Source: www.camerounweb.com

Régionales 2020 : Jeune Afrique révèle le rôle insoupçonné de Chantal Biya

Chantal Biya ne participe pas aux élections régionales mais la première dame détient entre ses mains le destin de plusieurs candidats.

Dans l’Est, le RDPC, au pouvoir, ne sera certes pas seul lors du scrutin régional et affrontera l’UNDP de Bello Bouba Maigari. Mais les clés du futur conseil régional semblent être détenues par la Première dame, Chantal Biya.
Dans le Lom-et-Djerem, l’un des quatre départements de l’Est, les électeurs des régionales du 6 décembre auront au moins le choix entre les candidats du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) et ceux de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP).


Afin de conquérir quelques sièges au conseil régional, l’UNDP a concentré ses efforts autour de Garoua-Boulaï, où il possède 25 conseillers municipaux. Le parti de Bello Bouba Maigari, ministre du Tourisme et des Loisirs, délaisse cependant le Boumba-et-Ngoko, le Haut-Nyong et la Kadey, où le RDPC, son allié dans la majorité présidentielle, est seul en lice.


Dans ces trois départements comme pour le choix du futur patron de l’exécutif régional, tout se jouera une nouvelle fois au sein du parti au pouvoir, voire même au cœur du palais présidentiel. Une personne détient en effet les clés du jeu politique de l’Est : Chantal Biya, native de Dimako, dans le Haut-Nyong.
Un duel pour la présidence ?

Parmi les favoris pour la présidence de l’Est figure une femme que la première dame connaît bien : Françoise Angouing, née Ndanga. Cette professeure, cadre du RDPC, est l’épouse de Michel Ange Angouing, l’ex-ministre de la Fonction publique. Elle a travaillé au ministère de la Promotion et de la Famille, a été attachée à la primature et a surtout fait partie du Cercle des amis du Cameroun (Cerac), fondé par Chantal Biya.


Face à Françoise Angouing, l’administrateur Alphonse Wouamane Mbele souhaite également défendre ses chances pour prendre la tête de la région. Jusqu’aux municipales de février dernier, il était délégué du gouvernement pour la communauté urbaine de Bertoua (Lom-et-Djerem), où il avait pris la place en 2018 de Dieudonné Samba, aujourd’hui conseiller du président Paul Biya à Yaoundé.


LA RÉGION SE CHERCHE UN HOMME FORT AU SEIN DU RDPC. MAIS CHANTAL BIYA RESTE LA PATRONNE


Si elles ne devraient pas pouvoir rentrer dans la course, plusieurs autres personnalités espèrent tirer leur épingle du jeu et asseoir leur stature régionale. Parmi eux : Roger Sombaye Koatadiba, politologue, membre du comité national du RDPC, Anne Marthe Mvoto, ancienne vedette de la télévision nationale, ou Daniel Ngoa Nguélé, l’ancien directeur de l’Institut national de la jeunesse et des sports.


Trois barons pour une région


Chantal Biya fait aujourd’hui figure de véritable tour de contrôle de la région Est, en particulier depuis la disparition en 2011 de Philémon Adjibolo. Celui qui fut patron de la région, député de la Kadey et maire de Batouri, vice-président de l’Assemblée nationale et également président de la Chambre d’agriculture du Cameroun était le principal soutien de Paul Biya dans son bastion de l’Est.


« Depuis la mort de Philémon Adjibolo, la région se cherche un homme fort au sein du RDPC, même si c’est Chantal Biya qui reste la patronne depuis le palais d’Etoudi », explique un connaisseur du parti au pouvoir. Plusieurs proches de la Première dame sont ainsi sur les rangs, chacun cherchant à élargir ses réseaux à l’Est pour peser encore davantage à Yaoundé.


Parmi ses ambitieux, l’un semble avoir une longueur d’avance : Oswald Baboke, directeur adjoint du cabinet civil du chef de l’État et considéré comme l’homme de l’ombre de la première dame. Mais deux autres barons ont aussi leur mot à dire : Jean-Baptiste Bokam, l’ancien secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie et actuel président du conseil d’administration de la Bicec, et Joseph Le, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter