Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 12Article 607537

Actualités of Monday, 12 July 2021

Source: La Nouvelle N°597

Région du Nord : les populations dupées par Ketcha Courtès

Les populations dupées par Ketcha Courtès Les populations dupées par Ketcha Courtès

Certains logements sociaux du Plan d’urgence triennal (Planut) de la partie septentrionale du Cameroun ont récemment été endommagés. Au banc des accusés le ministère de l’Habitat et du Développement urbain qui officie comme maître d’ouvrage.

26 juin 2021. A la suite d’une forte pluie qui s’est abattue dans la capitale régionale du Nord, les logements de la cité Sic Planut à Bockle, arrondissement de Garoua 3ème, ont subi d’importants dégâts. Selon le compte-rendu d’un Bulletin de renseignement quotidien (Brq) dont les fins limiers de votre journal ont pris connaissance, cette forte pluie, accompagnée d’un vent violent, aura causé d’importants dégâts matériels à la cité Planut de Bockle. Les toitures ainsi que les charpentes de certains immeubles ont été emportés. Plus précis, indique notre source, les toitures et les charpentes des logements T3-2, T3-3, T3-5, les villas isolées N°11, N°13 ainsi que le bâtiment abritant l’école ont été le plus touchés par le sinistre.

Selon des langues qui se délient dans la capitale régionale du Nord, c’est la troisième fois que les logements des camps Sic Planut sont ainsi endommagés après de fortes averses et des vents violents. Et ceci, à la grande surprise de nombreux observateurs qui indiquent que tout ceci se passe curieusement à côté des constructions voisines, parfois érigées en matériaux locaux de cette partie du territoire national. Du coup, dans le proche entourage de Célestine Ketcha Courtès, des voix s’élèvent pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’« incompétence notoire » du Minhdu. 2 Pour le cas précis des chantiers de construction des logements sociaux du Planut, nos sources indiquent que le suivi technique du Minhdu est quasi nul. Pour nos mêmes sources, Célestine Ketcha Courtès ne semble pas comprendre que le suivi d’un chantier, à l’instar de la construction de ces logements sociaux du Planut, est un travail d’éveil permanent où chaque acteur doit s’investir pour poser à chaque fois le bon diagnostic et des solutions adéquates.


Si tel avait été le cas, estiment nos sources, Célestine Ketcha Courtès se serait par exemple ravisée qu’il fallait bien fixer les fermes, avant de passer à l’étape de la pause de ces « faux-plafonds » qui font déjà jaser dans certains milieux politiques de la partie septentrionale du Cameroun. Tout ceci, à en croire certains commentateurs prolixes, passe par la responsabilisation des collaborateurs techniquement outillés du Minhdu. Pour ces commentateurs, au lieu de se plaire à rester à Yaoundé et de ne descendre sur le terrain que lors des opérations de publicité dans les médias, un travail bien élaboré avec le service de contrôle technique en synergie avec les autorités administratives aurait été plus efficient.

BLING-BLING

Des langues qui délient au Minhdu, dans son management de chasse aux sorcières permanente, de nombreux projets, à l’instar de ce qui vient de se passer à Garoua battent de l’aile. Les logements sinistrés étant certes sous garantie d’une assurance décennale, de nombreux observateurs estiment que la mise à l’écart des responsables régionaux, des autorités administratives, dans le suivi des chantiers ne facilite pas la tâche à une Célestine Ketcha Courtès plus encline au blingbling qu’au travail gouvernemental.

Dans le proche entourage du Minhdu que nous avons approché, à défaut d’avoir le commentaire du maître des lieux, l’on s’est contenté à nous répondre que c’est un sinistre comme il en arrive partout ailleurs. Pour la petite histoire, dans le cadre de la construction de 800 logements du Planut, c’est la société Alliance qui avait gagné le marché de gré à gré lancé à cet effet, pour un montant de 40 milliards de Fcfa. Soit 50 millions de Fcfa par logement. Une situation qui a eu pour effet de provoquer une vive polémique au sein de l’opinion publique. Dans sa livraison du 22 décembre 2014, le journal panafricain Jeune Afrique ne manque pas de s’offusquer de cette percée de la société marocaine qui sortait fraichement des difficultés. En dehors des logements sociaux, Alliance devait aussi bâtir 8 centres hospitaliers.


Très vite, une certaine opinion camerounaise a tôt déchanté en apprenant que ladite société violait certaines normes. Exemple : la sous-traitance était passée à près de 100%, sans l’accord du maître d’ouvrage qui est le Minhdu alors que la réglementation parle plutôt de 30%. Vrai ou faux ? Toujours est-il que des sources proches des services du gouverneur de la région du Nord indiquent qu’une certaine opacité semble caractériser la gestion de cette société où trône une certaine Faoriouz. Certains responsables du Minhdu mis hors-jeu du projet sont sans voix et estiment qu’il est temps que le gouvernement rectifie le tir, s’il veut voir prospérer le projet de construction des logements sociaux du Planut. Pour cela estiment certains observateurs, la récente mission du Consupe au Minhdu permettrait assurément de lever de gros lièvres...

Rejoignez notre newsletter!