Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 06Article 612406

Actualités of Friday, 6 August 2021

Source: Mutations

Réconciliation de l'UPC: le parti du crabe toujours écartelé

Robert Bapoh Lipot Robert Bapoh Lipot

L’Assemblée générale dite « des cadres de l’Upc » tenue le 03 août dernier n’a pas permis d’aplanir les dissensions internes ; compromettant ainsi le congrès prévu en septembre prochain.

En prélude à son congrès, l’Union des populations du Cameroun (Upc) a tenu une Assemblée générale (Ag) dite « des cadres de l’Upc » le 03 août dernier à Yaoundé.

L’objectif principal affiché de ces assises était d’« identifier les causes des mésententes et recommander une réconciliation salutaire de toutes les tendances » du « parti historique » du Cameroun. Qui de mieux que le patriarche Simon Bolivar Njami Nwandi pour convoquer les deux factions antagonistes qui se disputent le leadership du parti ?

Malheureusement, l’issue de cette palabre a quasiment accouché d’une souris. Le parti du crabe demeure écartelé comme son symbole ; tellement les contraires se repoussent et les positions toujours aussi rigides.



Si le secrétaire général (Sg) reconnu par l’administration, Robert Bapoh Lipot, a fait preuve d’une certaine bonne foi en prenant part à cette assemblée, son rival, Pierre Baleguel Nkot, le Sg légitimé par la justice camerounaise, a quant à lui préféré la boycotter.

À la longue, ces dissensions intestines risquent encore d’être préjudiciables au parti de Ruben Um Nyobe dans la perspective des échéances électorales de 2025. On a d’ailleurs vu quelques retombées de cette désunion des populations du Cameroun lors du double scrutin législatif et municipal de février 2020, où l’on a assisté « à la disqualification malheureuse des listes de l'Upc», regrette le doyen d’âge Simon Bolivar Njami Nwandi.Celui qui est par ailleurs pasteur et ancien membre du gouvernement ajoute que « cette situation (infamante et humiliante) a été mal vécue à mondovision par les militants et sympathisants du parti historique ». Dans ses considérants, le doyen fait savoir que « la cause indéniable de cette disqualification est due aux querelles intestines savamment orchestrées par les forces endogènes et exogènes et, à des revendications de leadership ».

D’autre part, il y a lieu de se demander, au regard de ces frictions, dans quelles conditions et dans quel climat va se tenir le « congrès unitaire » prévu du 11 au 13 septembre prochain, à l’initiative de Pierre Baleguel Nkot. « En toute état de cause, tout congrès de l'Upc convoqué en dehors des résolutions de la présente assemblée générale des cadres est déclaré nul et de nul effet », prévient le doyen d’âge.

Rejoignez notre newsletter!