Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 29Article 545020

Politique of Tuesday, 29 September 2020

Source: mondeactuel.net

Qui est réellement Jean Nkueté, l'homme qui tient en main le destin du Cameroun ?

Patron du parti présidentiel depuis 2011, ce Bamiléké de 76 ans est au four et au moulin pour mener le parti aux régionales de décembre.

Jean Nkuete, le secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) sera au-devant de la scène lors des régionales de décembre. Celui qui dirige le parti au pouvoir depuis 2011 a une nouvelle fois l’occasion de prouver à Paul Biya que le RDPC peut mobiliser l’Ouest.

Jean Nkuete sait qu’une partie de son bilan se joue sur les plateaux de l’Ouest. Là-bas, Paul Biya redoute que les élites ne soient tentées de rallier Maurice Kamto. Lors de la présidentielle 2018, Paul Biya y avait récolté 48,19 % des suffrages, devant un Maurice Kamto qui en totalisait 30,56 %. Conscient de l’enjeu pour le RDPC, Nkuete veille d’ailleurs à être plus actif dans l’Ouest. « Il joue avec ses cartes, qui sont les mêmes depuis des décennies, mais sans en abuser », indique une source au sein du parti. «Il ne lui viendrait pas à l’idée de s’opposer à Laurent Esso, Samuel Mvondo Ayolo [le directeur du cabinet civil] ou Ferdinand Ngoh Ngoh [le secrétaire général de la présidence]. »

Aux côtés du chef de l’Etat

« Il joue ce rôle auprès du président depuis des décennies », assure un cadre de la formation à Jeune Afrique. « Il est chargé de s’assurer que les élites bamilékées s’affichent aux côtés du parti et du chef de l’État. »

Lorsqu’il monte au pouvoir en 1982, le chef de l’Etat camerounais, originaire du Sud, souhaite poursuivre l’intégration des hommes d’affaires bamilékés au sein de l’Union nationale camerounaise (UNC). Le parti crée par son prédécesseur Ahmadou Ahidjo qui deviendra le RDPC trois ans plus tard.

À l’époque, apprend-on, Paul Biya s’appuie sur le ministre Jean Keutcha et sur l’idéologue de l’UNC, Samuel Kamé. Originaire de Baham (Ouest), ce proche de l’ancien président Ahmadou Ahidjo a créé l’école des cadres du parti où il a recruté des élites économiques. C’est lui qui a repéré Jean Nkuete en 1969.

Nkueté et les arcanes du pouvoir

Premièrement chef du département de la planification générale, ce dernier est promu directeur adjoint de la planification et du développement régional. Puis, il entre à la primature en 1977 comme directeur des affaires économiques et techniques. Ensuite il devient conseiller technique auprès du Premier ministre, un certain Paul Biya.

« Biya a apprécié ses qualités et, aujourd’hui encore, il le considère comme l’un des meilleurs économistes que le pays ait connus », confie un proche de Nkuete.

Après un court passage au directoire de la Paribas-Cameroon Bank entre 1981 et 1983, l’homme politique dépose ses valises au palais d’Etoudi. D’abord vice-secrétaire général puis secrétaire général de la présidence en 1986. Il occupe ce dernier poste durant cinq ans jusqu’à ce que Paul Biya lui confie la direction de l’agence de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) à Douala.

Un homme effacé

M. Nkueté y travaille jusqu’en 1999, puis le secrétariat exécutif de la Commission économique et monétaire des États de l’Afrique centrale (Cemac), à Bangui. En 2006, deux ans après sa quatrième réélection, Paul Biya fait appel à Nkuete à Yaoundé et le nomme ministre de l’Agriculture. Il conserve son poste dans les gouvernements d’Ephraïm Inoni puis de Philémon Yang, Nkuete.

Alors que Marafa Hamidou Yaya sort du gouvernement pour avoir affiché ouvertement ses ambitions, René Emmanuel Sadi traverse quelques tumultes. Il est en conflit avec Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil du président. Ses relations sont mauvaises avec Grégoire Owona, son adjoint au parti, qui le rend responsable des ratés du congrès de septembre 2010. Toute une confusion qui profite au natif de Balessing dans l’Ouest Cameroun.

En décembre 2011, Paul Biya choisit de calmer le jeu : il nomme Jean Nkuete à la tête du RDPC. À moins de trois mois des régionales, Paul Biya et Jean Nkuete travaillent sur la liste des candidats aux postes de conseillers régionaux. « Ne peuvent prétendre à l’investiture du parti les militantes et militants exerçant les fonctions ou mandats de membre du gouvernement et assimilé, président de chambre consulaire, sénateur, député, conseiller municipal », a stipulé le chef de l’État.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter