Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 30Article 531169

Diasporian News of Thursday, 30 July 2020

Source: ecomatin.net

Qui est réellement Estelle Yomba, la camerounaise qui brille à la Silicon Valley

Elle nourrit par ailleurs de grandes ambitions pour la jeunesse camerounaise Elle nourrit par ailleurs de grandes ambitions pour la jeunesse camerounaise


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Estelle Yomba, la camerounaise qui brille à la Silicon Valley Âgée de 30 ans, la native de Nkongsamba occupe depuis 2015, le poste de Senior technical program manager chez Google, le géant américain de services et solutions technologiques. Elle nourrit par ailleurs de grandes ambitions pour la jeunesse camerounaise à travers plusieurs structures high-tech à son actif.

Après Reine Dominique Ntone Sike, ingénieure camerounaise à la Nasa, Estelle Yomba, autre génie d’origine camerounaise, fait parler d’elle aux États-Unis. A Google, notamment. La camerounaise officie depuis 2015 au sein du géant américain des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Rien ne prédestinait pourtant la native du Département du Moungo à une success story: complexée physique, unique fille d’une famille de 8 enfants, orpheline etc….Estelle Yomba frôlait le cas social «ce sentiment de minorité à lui seul a redéfini ma façon de penser, mon ambition dans la vie et ma volonté de réussir pour prouver que j’étais plus capable que mes pairs…..Sachant que j’étais orpheline et que mon tuteur n’avait pas assez de moyens pour me donner une éducation complémentaire, je suis alors devenue plus agressive dans les études, me classant toujours première de ma classe au cours de toutes les années scolaires et en payant mes frais de scolarité en obtenant des bourses», précise-t-elle.

En effet, après des études à l’école primaire de Nkongsamba, Estelle Yomba va poursuivre son cursus successivement au lycée de Manengouba de la même ville, puis au lycée de la cité des palmiers de Douala. Où elle obtiendra un baccalauréat option série C. Elle s’inscrit en cycle «lnformatique» à l’Institut d’excellence Paul K. Fokam de Yaoundé en 2007. Durant son cursus, Estelle Yomba s’est illustrée par ses notes et prouesses extraordinaires en programmation: «c’est ainsi que j’ai impressionné des sympathisants qui m’ont permis de poursuivre mes études au Ghana. Et du Ghana, je suis allée aux États-Unis en tant que travailleuse et professionnelle», renseigne encore l’ingénieure.

L’étape ghanéenne de la jeune camerounaise marquera un tournant décisif dans sa vie. Elle y obtiendra un Bachelor of science de la Kwame Nkrumah à l’University of Science and Technology, de Kumasi au Ghana. C’est de la capitale ghanéenne qu’Estelle Yomba franchit les États-unis alors qu’elle entamait sa carrière à Rack Africa comme ingénieur en logiciel. En 2012, elle sera très vite recrutée par Skylite Communications, une entreprise high-Valley de la Silicon Valley en qualité d’ingénieur logiciel. La camerounaise obtiendra une alléchante offre californienne à eBay inc., une entreprise high-tech de la Silicon Valley. Une offre embarrassante: «lorsque j’ai été contactée pour postuler, j’étais un peu réticente car j’avais d’autres choses qui prenaient en fait beaucoup de mon temps.

A ce moment-là, je passais une maîtrise en gestion de l’ingénierie à la California State University East Bay Grade et j’avais un emploi à plein temps en tant qu’ingénieur logiciel chez eBay. Je savais à quel point le processus d’entrevue chez Google pouvait être fastidieux. Parfois, jusqu’à trois mois d’un processus d’entrevue rigoureux. Cependant, les recruteurs de Google étaient si intelligents et ils m’ont convaincu de la simplicité et de la vivacité de l’entretien, alors j’ai cédé. Je suis allée pour l’entretien et j’ai été recrutée comme ingénieur dans Google Chrome. Grâce à un travail acharné et au dévouement au service, j’ai été promue à différents postes d’Ingénieure à Responsable de programme technique. J’ai travaillé avec Google Chrome et maintenant j’ai été transférée vers Google Cloud (Computer Engine) », a-t-elle décrit.

Désormais installée dans le temple de l’intelligence mondial, Estelle Yomba va nourrir des ambitions de promotrices et de businesswoman. Tout un programme: «aider les groupes minoritaires, en particulier les femmes et les personnes défavorisées, à avoir accès non seulement à une éducation complémentaire, mais à une éducation complémentaire de qualité ». A cet effet, elle créée en 2014, «Sunshine Africa Education» et « Seven Group ». Appuyée par son mari Franky Yomba, ingénieur en Californie, le couple ouvre sa première unité de formation professionnelle en informatique : «Seven Advanced Academy ».

Hormis Seven Group, Estelle Yomba a fondé Seven Architectural Design (Seven Ad) qui propose des solutions et une formation spécialisée en conception architecturale informatisée. Lancé au Cameroun, Seven Global Procurement and Sourcing (Seven Gps), un centre d’incubation pour Seven Advanced Academy. D’après le site Afrique infos, «Seven Global Procurement and Sourcing compte actuellement 20 ingénieurs seniors sur site travaillant soit sur des contrats pour des entreprises externes, soit sur des lancements de startups innovantes». Seven Gps héberge également deux autres entités: Seven Digital Marketing Agency (Seven Dma) qui gère les besoins de marketing numérique et de communication d’entreprise des petites et moyennes entreprises ainsi que des grandes entreprises.

Agé de 30 ans, Estelle Yomba est née à Nkongsamba. Prochain challenge pour l’ingénieure, la création d’un institut supérieur d’apprentissage de pointe au Cameroun qui aura pour nom de baptême «Seven International University» (Siu). «Je projette changer l’histoire du numérique en Afrique francophone et faire de l’université une référence en termes de formation en ingénierie», promet l’employée de Google.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter