Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 22Article 543226

General News of Tuesday, 22 September 2020

Source: Actu Cameroun

Quatre militaires condamnés à dix ans de prison ferme pour assassinat d’une femme en 2018

Le verdict est tombé ce lundi 21 septembre 2020. Deux autres ont été acquittés et un autre condamné à deux ans de prison.
Les sept soldats camerounais impliqués dans l’assassinat de deux femmes et leurs enfants au Cameroun en 2018 sont fixés sur leur sort. Le verdict est tombé ce lundi 21 septembre 2020. Arrêtés après la diffusion d’une vidéo devenue virale montrant de présumés membres de l’armée exécutant sommairement leurs victimes, ils ont été condamnés à dix ans de prison ferme. Ce que nous apprend RFI.

Deux acquittements

Selon notre source, deux autres ont été acquittés et un autre condamné à deux ans de prison. En juillet 2018, la vidéo montrant l’exécution sommaire deux femmes, les yeux bandés. Ainsi qu’une fillette et un bébé que l’une d’elles portait sur le dos, dans l’extrême-nord du Cameroun, avait été diffusée sur les réseaux sociaux.
Le gouvernement avait nié l’implication de son armée dans un premier temps, avant de faire arrêter sept suspects. Dans un premier temps, trois militaires avaient été arrêtés alors qu’ils étaient encore déployés dans l’Extrême-Nord.

Au moment des faits, une autre source proche de l’armée affirmait : « ces militaires seraient directement impliqués dans les faits exposés par la vidéo en cause. Ils sont issus de l’Armée de l’air et étaient déployés à Mabass ». C’est un village du département du Mayo-Tsanaga, dans l’Extrême-Nord proche du Nigeria pays d’origine de Boko Haram.

Une exécution sommaire

L’audition des trois premiers suspects avait permis de mettre la main sur un quatrième militaire qui n’était pas présent au moment des faits. Mais aurait joué un rôle. Les enquêteurs voulaient comprendre si l’exécution des deux femmes et leurs deux enfants est un fait isolé au sein de l’armée.

« Au sein de l’armée, ici dans la région, il n’y a pas de doute sur l’authenticité de la vidéo. Certains militaires ont clairement fait part à leurs collègues impliqués de leur désapprobation, indiquant qu’ils étaient des professionnels », racontait la source proche de l’armée à Maroua.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter