Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 24Article 615244

Actualités of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Quand Ambam devient le quartier général de la contrebande

L’opération Halcomi fait ses preuves. L’opération Halcomi fait ses preuves.

Plusieurs cargaisons de produits issus de la contrebande ont été arrêtées

Ces produits viennent de la Guinée équatoriale

L’opération Halcomi fait ses preuves

C’est devenu récurent. Dans le cadre de l’opération « Halte au commerce illicite » (Halcomi), déployée depuis plusieurs mois par le ministère des Finances, afin de sécuriser l’espace commercial camerounais, les éléments de la douane arrêtent presque chaque jour des produits issus de la contrebande.

Si ces saisines sont faites dans tous le Cameroun, elles sont répétées dans la localité d’Ambam, frontalières avec la Guinée équatoriale voisine. Le 19 août 2021 dans la localité d’Ambam, région du Sud, une cargaison de 100 cartons de liqueurs de contrebande. Importées de la Guinée équatoriale, ces liqueurs, apprend-on, n’étaient pas estampillées, comme l’exige depuis 2012 la règlementation en vigueur au Cameroun. Selon différents opérateurs économiques, du fait de frontières très poreuses, la Guinée équatoriale et le Nigeria sont les principales plaques tournantes de la contrebande avec le Cameroun.

Quelques jours avant, la douane camerounaise annonçait la saisine par les éléments de la zone 2 de l'opération Halcomi 3, d’une cargaison de 720 bouteilles de boissons en contrebande et non estampillées provenant de la Guinée Équatoriale. Le butin a été saisi à Ambam-Yat, Région du Sud. Dans les details, le paquet était constitué de 80 cartons de MARTINI ( 480 bouteilles); 20 cartons de BLACK LABEL ( 240 bouteilles).

Recherche de vignettes


Ces saisines de liqueurs surviennent au moment où le Cameroun est à la recherche d’un prestataire pour la fourniture de nouvelles vignettes plus sécurisées, pour l’estampillage des vins, liqueurs, spiritueux et cigarettes. Selon le ministère des Finances, les vignettes plus sécurisées ont pour but de capter davantage les milliards de FCFA perdus chaque année par le fisc camerounais, à cause de la contrebande qui sevit dans tous les secteurs d’activités.

Rejoignez notre newsletter!