Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 18Article 574204

General News of Thursday, 18 February 2021

Source: starting-mag.com

Qu’est ce que les Benskineurs rapportent au Cameroun?

Le métier de moto-taximan ou « benskineur» comme on l’appelle communément gagne du terrain au Cameroun. Le phénomène va grandissant qu’il recrute presque chaque jour de nouveaux chercheurs d’emploi, très généralement diplômés, parents d’élèves, étudiants. Ce probable métier facilite le trafic et un bénéfice pour l’économie Camerounaise au trésor public quand est-il de ce secteur ?

Les conditions dudit métier

En réalité on ne peut parler de profession ou un métier formel puisque l’activité n’est pas réglementée par les pouvoirs publics. Les jeunes benskineurs mènent leur activité dans des conditions difficiles. Au quotidien, ils doivent braver le soleil, la pluie et les intempéries. Les accidents de la route sont leur lot quotidien. Il est pratiquement impossible de passer une journée dans les villes camerounaises sans enregistrer des cas d’accidents parfois mortels des benskineurs. La plupart des ceux-ci ont acquis leur expérience de transporteur sur le tas et ignorent les règles les plus élémentaires du Code de la route. Ce qui n’est pas leurs fautes, ils ont aussi des responsabilités à assumer. Ils stationnent en gênant parfois sans précaution véritable les taximen, leurs fidèles ennemis de la route. Pourtant, Le port des chasubles est devenu habituel chez eux , mais pas des souliers adaptés et du casque, et sont donc exposés à des blessures et de risques sanitaires.

Les recettes des benskineurs font tourner l’économie

Si la plus petite distance parcourue coûte 100 francs CFA, les passagers payent aussi jusqu’à 1 000 francs CFA pour de longues distances ou en
fonction de leur bourse. Parce que les benskineurs sont des acteurs préoccupés par des urgences de survie socioéconomique, ils fixent à leur guise le coût des distances à parcourir et laissent la possibilité au client de marchander ou de négocier. Cette adaptation des tarifs offerts par les conducteurs a contribué à l’acceptation sociale de cette activité dans le contexte camerounais.

En termes de recette journalière ou mensuelle, les jeunes conducteurs font
observer plusieurs niveaux de différenciation. Une moto neuve ou encore en bon état réalise une recette de 3 000 francs CFA par jour en moyenne. Les conducteurs travaillent pour la plupart 6 jours sur 7, ce qui donne un gain moyen de 18 000 francs CFA par semaine et de 72 000 francs CFA par mois. Ces recettes journalières ou mensuelles sont largement dépassées par certains « attaquants » qui disent travailler de jour comme de nuit. Cette catégorie d’acteurs allant jusqu’à 10 000 francs CFA par jour de travail. Certains conducteurs disent accumuler jusqu’à 200 000 francs CFA et plus, les mois où ils ne rencontrent pas de difficultés (pannes de motos,
impôts libératoires…). Certains trouvent satisfaction par cette activité.

Quel appui apporte l’Etat aux benskineurs?

En février 2013, dans son discours à l’endroit de la jeunesse, le président de la République, Paul Biya, promettait des mesures strictes pour organiser ce secteur.

« […] Pour éviter certains comportements qui sont à déplorer, il conviendrait sans aucun doute d’organiser la profession et de prévoir à leur intention des stages de formation concernant à la fois le code de la route, notamment le port du casque, et la technique des véhicules à deux roues. A première vue, le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique, en liaison avec le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, me paraît tout indiqué pour organiser ce genre de stage…», déclarait le président de la République.

7 ans après quand est-t-il? Si cette article vous a plu merci de laisser des commentaires sur votre opinion et de le partager

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter