Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 08Article 607015

Actualités of Thursday, 8 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Projet routiers : le Cameroun et la BAD mutualisent leur réflexion

la BAD souhaite la réforme du Fonds routier. la BAD souhaite la réforme du Fonds routier.

Les concertations ont été menées le 6 juillet dernier à Yaoundé, au cours d’un dialogue entre le ministère des travaux publics et la Banque Africaine de Développement.

Pour la Banque Africaine de Développement (BAD), certains préalables sont à prendre en compte pour le bon déroulement des travaux routiers

La BAD suggère à cet effet la prise en compte du coût global du projet, incluant les indemnisations et la mobilisation de ces ressources


Les concertations ont été menées le 6 juillet dernier à Yaoundé entre le ministère des travaux publics et la Banque Africaine de Développement. Il ressort de ces échanges que certains préalables sont à prendre en compte pour le bon déroulement des travaux routiers. La BAD met l’accent sur le timing de réalisation de ces aspects connexes qui doivent davantage être prioritaires, au même titre que les travaux routiers. La Banque insiste sur la qualité des projets dans toutes leurs composantes et tout comme sur la maturation technique des volets connexes .Et d’ailleurs, informe-t-on, la Banque ne programmera que les projets matures pour l’année 2022.
La BAD suggère à cet effet la prise en compte du coût global du projet, incluant les indemnisations et la mobilisation de ces ressources au moment où celles destinées à la réalisation du projet s’effectue. S’agissant de la maturation des projets, la BAD apprécie les efforts réalisés par le Cameroun, avec le décret consacrant cette problématique au plan national car, le coût financier des retards dans la réalisation des projets reste très élevé. Mais la BAD insiste sur la nécessité de bien élaborer les dossiers avant de les soumettre au conseil d’administration, dans le but d’avoir une meilleure cohérence entre le financement sollicité et les besoins réels. L’on précise que le payement des indemnisations a toujours été considéré comme une exigence dans l’accord du prêt. Ainsi adressée et après concertation avec l’État du Cameroun, cette mesure pratique suggérée par la BAD pourrait permettre de gagner en temps et d’éviter des coûts supplémentaires dans la réalisation des projets. Pour ce qui est des aménagements socio-économiques, en ce qui concerne précisément l’implication des autres administrations et leur exploitation, avec notamment, la possibilité d’initier des conventions-types pour leur réalisation.

Portefeuille

Les préoccupations de la Banque en matière de simplification des procédures sont partagées avec le MINTP, l’accent devant être mis sur le respect des délais prescrits dans le code des marchés qui du reste est considéré comme bien élaboré. Aussi, la BAD souhaite la réforme du Fonds routier qui la rassurerait davantage en ce qui concerne la pérennité de ses investissements. Il faut relever à cet effet que le passage du Fonds routier en Fonds de deuxième génération est fortement attendu par la BAD.

En rappel, Le portefeuille actuel de la BAD dans le secteur routier au Cameroun représente 43% de ses investissements. Un volume qui couvre un linéaire de plus de 700 km en construction, réhabilitation ou à bitumer et près de 1000 mètres linéaire d’ouvrages d’art en construction ou en projet. Des investissements qui justifient l’importance et la présence des experts de la BAD conduits par le Chef du bureau pays du groupe de la BAD, Serge N’guessan, par ailleurs, directeur général de l’institution pour l’Afrique centrale. Aussi des projets tels que l’aménagement de la Nationale 11, la construction de la route Bogo-Pouss, l’aménagement de la section Ntui-Mankim entre autres, la maturité des projets, la libération des emprises des projets et des questions essentielles liées à l’avancée de certains projets ont été évoqués. En effet, Une banque de projets routiers est actuellement disponible. Elle a été élaborée avec la collaboration de plusieurs autres départements ministériels, notamment le ministère en charge de l’Économie. Elle mérite d’être enrichie en ce qui concerne de certains aspects.

L’emphase a en outre été mise sur la performance de la Cellule de projets routiers à financements conjoints, la passation des marchés et les procédures y afférentes. Des travaux sont en cours, visant à gagner en temps et en opérationnalité par la simplification des procédures. La BAD insiste sur la réduction des délais dans le but de maîtriser le temps de réalisation des projets, tout en respectant les principes d’efficacité et d’efficience.

Rejoignez notre newsletter!