Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 14Article 567116

General News of Thursday, 14 January 2021

Source: Actu Cameroun

Produit de rente : le kilogramme du cacao local chute de 75 FCFA en une semaine

Le kilogramme du cacao local chute de 75 FCFA en une semaine Le kilogramme du cacao local chute de 75 FCFA en une semaine

Cette baisse du prix, d’après les opérateurs de la filière, peut s’expliquer par le ralentissement des achats par les exportateurs.


En une semaine (entre le 7 et le 13 janvier 2021), le prix minimum du kilogramme du cacao camerounais est passé de 1000 FCFA à 925 FCFA. Soit une baisse de 75 FCFA, selon les chiffres compilés par le système d’information des filières.


Ce dispositif, qui permet d’informer les producteurs en temps réels sur l’évolution des prix sur le marché, afin de booster leurs capacités de négociation face aux acheteurs, révèle aussi que le prix maximum au cours de la période sous-revue est passé de 1075 à seulement 1000 FCFA.


Cette baisse du prix, d’après les opérateurs de la filière, peut s’expliquer par le ralentissement des achats par les exportateurs. Des achats qui subissent de leur côté le contrecoup de la baisse de la demande mondiale, en raison de la pandémie du coronavirus.


En effet, d’après des sources interrogées par l’agence britannique d’information Reuters, la mauvaise conjoncture globale a conduit plusieurs industriels européens et américains à rééchelonner leurs livraisons de fèves d’octobre-décembre 2020 sur la période janvier-mars 2021. Cette situation ralentit l’activité des exportateurs, peu enclins à effectuer de nouveaux achats à des prix plus attractifs.


Un coup dur pour les cacaoculteurs


C’est un coup dur pour les cacaoculteurs camerounais lorsqu’on sait qu’en 2019 par exemple, le prix de la fève était passé de 1125 FCFA à 1200 FCFA. Le Cameroun devenant ainsi le pays d’Afrique où le cacao est le mieux vendu. A la même époque, le kg de cacao se vendait en Côte d’Ivoire et au Ghana au prix respectif de 852 et 925 Fcfa.


Au cours des 10 prochaines années, le gouvernement veut doubler la production commercialisée du pays élevée à plus de 264.000 tonnes l’an dernier. Mais l’un des enjeux majeurs reste le défi de la qualité de la fève à commercialiser.
« Notre cacao se caractérise sur le marché international par cette absence ou faiblesse de fermentation, c’est un gros défaut qu’il nous faudra corriger, l’industrie est prête à soutenir les producteurs, l’Etat évidemment assume ses responsabilités, mais il faut qu’il y’ait un retour ce que nous appelons la qualité exigeante », avait souligné Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du commerce. Il s’exprimait lors du lancement de la campagne cacaoyère 2020-2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter