Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 01 22Article 454483

General News of Tuesday, 22 January 2019

Source: Sans détour N°281

Production du riz: l’émouvant plaidoyer de Magloire Atangana

Une fois de plus, le ministre du Commerce vient de poser le problème de la production nationale de cette denrée alimentaire très prisée par les Camerounais et de la capacité à se substituer, peu ou prou, aux importations qui cause une fuite énorme des devises estimée à des 150 milliards de Fcfa

Le Cameroun importe plus de 600 000 tonnes de riz chaque année. D’où la problématique de la production et de la consommation du riz camerounais. Elle a été posée au cours d’une réunion de concertation avec le Groupement des importateurs du riz. Etaient également présents, les responsables des sociétés de production de riz, en l’occurrence Semry – la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua, ainsi que ceux de certaines structures productrices installées à Ndop, Foumban.

LIRE AUSSI: Affaire Pierre Kwemo: une marche de protestation interdite à Melong

Il était question pour le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana du Commerce d’inviter les opérateurs privés camerounais à s’intéresser à la riziculture. Etant donné que le Cameroun dispose des moyens et possibilités. «J’ai souhaité également de discuter avec les distributeurs pour que nous abordions avec eux les solutions de nature à permettre que le riz produit au Cameroun soit présent sur les étals, dans les grandes surfaces, sur les marchés tous les jours», a déclaré le ministre. Cette concertation qui est devenue une tradition au ministère du Commerce, au début de chaque année, visait aussi à faire le point de l’approvisionnement pour l’année 2019 qui vient de démarrer.

En ce qui concerne la filière riz, cette rencontre revêtait un caractère tout spécial parce qu’elle intervenait à l’issue d’une vaste campagne médiatique qui a eu autour du riz en plastique. Ce qui a eu pour effet de remettre en surface le problème de la qualité des produits mis en consommation au Cameroun. «Il est important que nos consommateurs soient pleinement et définitivement rassurés sur la nature et la qualité des produits qui sont mis sur le marché et qu’ils consomment. Et cette année, nous insisterons beaucoup et de manière prioritaire sur cet aspect-là, au-delà l’approvisionnent normale du marché», a soutenu Mbarga Atangana.

LIRE AUSSI: Un ministre maintenu au gouvernement, couvre Paul Biya de louanges excessives

Pour le moins, cette concertation avait trois points à l’ordre du jour : les éléments liés aux différents contrôles qui se font autour des importations, sur le riz qui est importé et commercialisé au pays. Le second volet était lié à l’approvisionnement du marché pour les mois à venir et les tendances du marché international pour être certain que le Cameroun se retrouve en sous approvisionnement ou en rupture d’approvisionnement. Le troisième aspect relevait des prescriptions présidentielles d’orientation politique en matière de promotion du Consommer camerounais.