Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 22Article 550915

xxxxxxxxxxx of Thursday, 22 October 2020

Source: cl2p.org

Prisonniers politiques, état carcéral et citoyenneté à Yaoundé

C’est de pire en pire. Le problème et la question des prisonniers politiques ont été tellement politisés au Cameroun, encore plus avec l’émergence d’une opposition frontale et son chef emblématique le professeur Maurice Kamto assigné à résidence depuis le 21 septembre 2020, au point que nos autocrates ont pratiquement oublié les bases civiques de leur prétendue “démocratie apaisée”, qui exposent en réalité toute leur hypocrisie et les abus intenables de leur régime sanguinaire.

Ils deviennent en effet de plus en plus néfastes et mettent en avant et au centre la question de la dégénérescence de l'État au Cameroun par des violences effrontées et la criminalisation des mouvements sociaux; puis ses implications sur la citoyenneté à travers ce qu'Achille Mbembe appelle les nécropolitiques qui font de la destruction des citoyens ordinaires leur obsession, jetant ceux-ci en pâturage à la moindre contestation afin d’offrir un spectacle de la répression permanente, tenir ainsi en laisse toute une population voulue alors pacifiée par la terreur permanente et le syndrome de Stockholm.

Les gens qui suivent la politique dans des endroits comme le Cameroun ne seraient même plus informés que le pays a une constitution avec des limitations et des contre-pouvoirs. En effet, au Cameroun, nous avons une démocratie exécutive de type administratif, plutôt qu'une démocratie participative couplée à un déficit de culture démocratique qui a préparé le terrain pour que le président inamovible règne en monarque absolu écrasant la séparation des pouvoirs inscrite dans la loi fondamentale.

Cette forme de pratique de la souveraineté s'accompagne de valeurs archaïques et traditionnelles où le président, en sa qualité de Nnom Ngui (Chef des chefs) autoproclamé, privatise littéralement tous les pouvoirs à travers des réseaux patrimoniaux et clientélistes. Cette privatisation du pouvoir d’État s'accompagne d'une perspective temporelle basée sur son immortalité obscène.

C’est tout le contraire d’une réelle démocratie, où la citoyenneté est codifiée autour de l'égalité des droits qui doit être fondée sur l'égalité du temps. Dans ce cas, l'immortalité obscène est d’abord une injustice temporelle qui facilite le chemin vers l'état d'exception, vers l'autoritarisme et un état carcéral qui limitent le temps dont les Camerounais ordinaires doivent jouir en vertu de la constitution. Par conséquent, il n'y a pas de démocratie lorsque les gens n'ont pas le temps de participer à des activités démocratiques comme le Pr. Kamto qui vit actuellement en résidence surveillée pour avoir voulu exercer ses droits constitutionnels en tant que chef de l'opposition réelle au régime dictatorial de Paul Biya.



En effet, les personnes qui s'opposent au régime de Yaoundé sont, ou perçues comme des anti-patriotes, ou de facto des ennemies de l'Etat (puisque l’État c’est Paul Biya dans l’acception du régime en place). Cela crée un état carcéral mettant en évidence un microcosme où l'opposition au régime signifie prison ou assignation d’office à résidence, voire mort programmée à petit feu et en silence. Cela a installé sur l’ensemble du pays une culture d'anxiété et d'incertitude généralisée qui met les Camerounais ordinaires sous beaucoup de stress.

Au CL2P, nous n'avons aucune complaisance envers les gens qui prennent les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages.

Aussi attendons-nous des personnes qui se présentent comme des “Hommes d’État” en se prétendant comme des “modèles de démocrates” puis clamant régulièrement avoir remporté 70% du vote populaire ... qu'elles respectent les principes civiques et de civilité de base.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter