Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 19Article 614530

Actualités of Thursday, 19 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Pression judiciaire : Cyrus Ngo’o retourne ce jour au TCS, son licenciement envisagé

Il est cité dans dix affaires Il est cité dans dix affaires

• Cyrus Ngo’o a été entendu par les enquêteurs du TCS

• Il est cité dans dix affaires

• Il y retourne ce jour



Les déboires judiciaires du directeur général du port autonome de Douala sont loin d’être finis. Ecouté pendant 14 heures hier au Tribunal Criminel Spécial, Cyrus Ngo’o est à nouveau devant les enquêteurs pour une nouvelle audition. Selon les informations rapportées par David Eboutou, le directeur général du port autonome de Douala sera démis de ses fonctions dans les prochaines heures.

« Après avoir passé plus de la moitié de la journée hier au TCS et relaxé aux environs de 23 heures, il repart tout à l'heure à 12h pour reprendre avec les interrogatoires. On lui a déjà servi l'interdiction de sortie du territoire. Selon des indiscrétions du palais d'en haut, Il est fort probable qu'il soit remplacé d'ici la fin de la journée...ou alors d'ici vendredi », a déclaré l’analyste politique qui accusé implicitement le réseau de l’homme d’affaires français Bolloré avec qui Cyrus Ngo’o a maille à partir.

D’après le journal Info Matin dans les kiosques ce 19 août 2021, Cyrus Ngo’o a été embarrassé par les questions des enquêteurs du TCS. « Face aux hommes du commissaire de police divisionnaire Oko Petis Joel, depuis 10h ce mercredi jusqu'après minuit, moment où votre quotidien allait sous presse, le Dg du Pad avait toutes les peines du monde à pouvoir répondre de manière précise aux questions précises des fins limiers. Sur la dizaine de dossiers auxquelles l'homme qui a réussi l'exploit d'être définitivement admis, en 1997 à l'Enam, sans être admissible, seulement deux auraient été, apprend-on, abordé », révèle le journal.

Ferdinand Ngoh Ngoh

Cyrus Ngo’o malgré les graves accusations de détournement qui pèsent sur lui, ne se reproche de rien. Il clame avoir toujours agit conformément aux instructions du secrétaire général de la présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh ainsi que celles du premier ministre Joseph Dion Ngute. Cette affaire qui n’est qu’à ses débuts, révèle de nombreuses surprises.


« Evoquant par moments des soucis de santé, le successeur du très regretté Emmanuel Etoundi Oyono aurait révélé aux enquêteurs que, depuis sa nomination à la tête de cette société, le 25 août 2016, il a toujours, documents à l'appui, agi en application des hautes instructions des secrétariats généraux de la présidence de la République et des services du Premier ministre. Prochain rendez-vous avec les fins limiers, ce jeudi, sauf si ses soucis de santé persistent. Sur place, on apprend également que l'interdiction de sortie du territoire lui a été servie », précise le journal.

Rejoignez notre newsletter!