Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 24Article 582769

General News of Wednesday, 24 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Pouvoir à vie en Afrique : Michelle Ndocki met à nu la France

Les années passent et le recul de la démocratie s’observe au jour le jour dans les anciennes colonies de la France. L’élection controversée du président congolais Sassou Nguesso avec un score soviétique (88%) a amené l’avocate Me Michelle Ndocki a interpellé la France sur son silence coupable sur le continent. La défenseuse des droits de l’homme a invité l’Elysée à ne plus fermer les yeux sur les assassinats et autres crimes perpétrés par les dictateurs africains pour se maintenir au pouvoir.

« Incroyable. Les dictatures francophones arrivent encore à me surprendre. Les mêmes méthodes partout : arrestations, emprisonnements, décès prématurés, assassinats, et derrière la scène, la France qui se tait. La chanson dit : "Que crois-tu que j'en pense ? Du mal, du mal !". Monsieur Nadot a raison, la France doit prendre conscience du monstre qu'elle nourrit, un monstre nommé Colère », a indiqué Ndocki avant d’invoquer le cas spécial de l’Afrique centrale.
« Il ne s'agit pas seulement de critiquer ou regretter cette attitude. Il s'agit d'engager une vraie conversation sur l'urgence d'un changement d'attitude. La France a payé ailleurs ses "trop peu, trop tard". L'Afrique centrale pourrait ne pas devenir un exemple de plus. Cela demande du courage de se remettre en question, d'écouter sincèrement l'autre, de prendre le risque d'être heurté dans sa sensibilité et d'entendre formuler des exigences qui nous paraissent excessives, mais de décider quand même d'examiner objectivement leur bien-fondé. Mais la France est une Nation forte et courageuse. Non ? »

Cadre du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Michelle Ndocki avait contesté avec les militants de son parti, l’élection de Paul Biya en 2018. Elle estimait que le scrutin était fraudé et avait participé à la marche qui lui a valu une blessure par balle et un séjour carcéral. Aujourd’hui, elle pense que son parti le MRC doit tourner la page de la présidentielle de 2018, ce qui n’est pas du goût de son président national Maurice Kamto et une bonne partie de la base.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter