Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 24Article 568846

General News of Sunday, 24 January 2021

Source: Actu Cameroun

Pour avoir soutenu sa majesté Soukoudjou, un militant du PCRN est menacé par ses camarades de parti

Il s’agit de Clotaire Nguedjou, c’est l’un des militants du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) qui apporte ouvertement son soutien au roi des Bamendjou.

Depuis la dernière mise en garde du préfet des Hauts-Plateaux à sa majesté Soukoudjou, plusieurs camerounais notamment au niveau de la toile camerounaise expriment leur sympathie à l’endroit du chef traditionnel. Dans cette mouvance de ceux qui soutiennent le roi des Bamendjou figure en bonne place Clotaire Nguedjo. Ce dernier est militant du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn).

Seul problème, l’activisme de Clotaire Nguedjo, n’est pas du goût de certains militants de son parti. Nombreux sont les militants du parti de Cabral Libii, qui ne partagent pas la démarche de cet ancien militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). Il subit donc en longueur de journée des menaces de tout genre.

La BAS
Malgré ces menaces venant de ses camarades de parti, il se dit déterminé à faire passer son message sur les réseaux sociaux. L’homme politique vient d’ailleurs de publier un texte sur la période du Maquis. Le but est de confondre les camerounais qui veulent dénaturer le statut de Maquisard. De l’avis de Clotaire Nguedjo, les maquisards sont des nationalistes patriotes qui ont lutté dans une situation de dictature féroce pour la libération totale du Cameroun.



Clotaire Nguedjo, s’inscrit là dans la liste des personnes qui apportent leur soutien à ce chef traditionnel depuis la mise en garde du préfet des Hauts –Plateaux. Bien avant lui, la Brigade Anti-Sardinards a fait une sortie où elle menaçait l’administrateur civil. « La Brigade Anti-Sadinards continue d’observée que malgré la pseudo liberté déclarée, certains fonctionnaires, notamment le préfet des Haut- Plateaux continuent à croire que nos autorités traditionnelles sont sous ses ordres », pouvait-on lire dans le communiqué de la BAS, ce vendredi.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter