Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 27Article 537685

General News of Thursday, 27 August 2020

Source: 237online.com

Police municipale : la Maire de la ville de Foumban et le préfet du Noun à couteau tiré

C’est autour d’un projet de mise en place d’une police municipale dans la ville par le maire, et auquel le préfet s’oppose.

Dans une correspondance en date du 21 août dernier, le préfet du département du Noun a indiqué que le projet de recrutement et de formation, visant la formation de ladite police municipale, comme souhaitée par la maire Hermine Patricia Tomainou Ndam Njoya, viole l’article 216 alinéa 6 du code général des collectivités territoriales décentralisées. Article qui stipule qu’une demande dans ce sens, doit être soumise à l’approbation du Ministre de tutelle, ce qui selon le préfet n’a pas été fait.

Le maire de la ville, dans une correspondance adressée au préfet le même jour, attire son attention qu’il est à une semaine seulement de la fin de la prorogation de la date de son admission à la retraite, et que la police municipale va voir le jour malgré tout. Elle s’étonne par ailleurs de ce que le maire RDPC a reçu quitus dans le même projet, par le même préfet. Et bien sûr les correspondances sont donc la conséquence de l’appel à la candidature de la maire de Foumban, et le début de la formation qui aurait dû commencée vendredi dernier.

Au-delà des faits, il faut dire que le rapport de force entre la maire de Foumban et le préfet du département du Noun est aussi la conséquence d’une géopolitique locale plutôt perturbée. Des rapports exécrables qui puisent leurs sources dans un certain nombre de précédant. Le premier étant le conflit latent entre le sultan des bamouns et le regretté Dr Adamou Ndam Njoya, lui-même de lignée royal et ancien leader politique de haut vol, ancien ministre et patron de l’UDC et plusieurs fois candidat à la présidentielle.

Le sultan actuel Ibrahim Mbombo Njoya, ancien ministre lui aussi, et membre influent du RDPC, parti au pouvoir est tout aussi au centre de ces rapports qui s’appuient sur deux levier, celui de la division familiale et celui de l’adversité politique. Deux aspects qui ont toujours eu à entretenir la violence sociale mais aussi politique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter