Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 24Article 615238

Actualités of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Plusieurs grévistes brutalisés, puis arrêtés hier à Yaoundé

La main du sous-préfet de Yaoundé III La main du sous-préfet de Yaoundé III

Ils ont été enfermés dans les cellules du commissariat central n°-1

Ils demandaient le paiement de leur prime

Ils n’avaient pas une autorisation de manifestation

Plusieurs jeunes grévistes sont encore écroués dans les cellules du Commissariat central no 1. Ils ont été arrêtés hier alors qu’ils demandaient le paiement de leur prime devant les services du ministère de l'agriculture. « Les grévistes ont été balancés dans les cellules du commissariat central n°-1. Ils étaient devant l'entrée du ministère de l’agriculture sans qu'aucun responsable ne leur accorde de l'importance, ces jeunes engagés dans 15 projets du ministère ont simplement été arrêtés et conduits par les bidasses pour être entendus et fichés », raconte un syndicaliste.

La main du sous-préfet

Selon plusieurs sources, les jeunes ont été arrêtés sous ordre du sous-préfet de l'arrondissement de Yaoundé 3. « Il les a d'abord convoqué, estimant qu'ils n'ont aucune autorisation de manifestation devant le Minader, et leur a fait savoir qu’ils pouvaient utiliser d’autres moyens pour revendiquer », explique une source à la sous-préfecture d’Efoulan. Pourtant les jeunes auraient introduit une demande de manifestation auprès de l’autorité administrative, mais la machine a été mise en branle pour les nettoyer de là. Le dossier de ces jeunes qui ont travaillé dans 15 projets liés à l’agriculture est pourtant connu de l'inspection du travail.

Mais au ministère de l’agriculture, chez le ministre Gabriel Mbairobe, l'on feint d'ignorer l'affaire. « Au lieu de payer les jeunes, on leur sort plutôt des muscles en cette période de rentrée scolaire, l'argent est bien pour tout le monde. Pourquoi avoir utilisé ces jeunes camerounais, en quête d'un emploi stable et ne pas payer leurs droits. Est-ce de la mauvaise foi ou bien le manque de moyens financiers? Difficile de le savoir. Mais le mutisme du ministre de l’agriculture, pourtant crédité d'un bon sens est quand même incompréhensible », commente Dimitri Amba, le directeur de publication de Telegram.

Rejoignez notre newsletter!