Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 24Article 615190

Actualités of Tuesday, 24 August 2021

Source: Le Quotidien N° 664

Photographie: le Cameroun célèbre les professionnels du métier

Un photographe Un photographe

Plus d’une quinzaine de photographes locaux ont présenté jeudi 19 Août 2021 au Ministère des Art et de la Culture, les différentes facettes d’un pays émergent, à l’occasion de la journée mondiale à cet art.

Trente clichés reflétant le Cameroun en miniature ont été dévoilés le jeudi 18 Août 2021 à Yaoundé au cours de la célébration Internationale de la photographie. De la danse initiatique << Kamchi>> de la localité de Valent dans la Mifi au front commun des paysans de Touroou contre Boko Haram dans l’extrême-Nord, en passant par les courants d’eaux sous le pont du Nyong , plus de quinze photographes venus des quatre coins du pays ont parcouru et ramené des images saisissantes.

Organisé par le pôle photographie d’art au ministère des Arts et de la culture le 19 Août à Yaoundé, l’exposition intitulée << Regard sur le Cameroun >> a, en outre, valorisé les efforts des << bayam- Sellam>>, des marchands de mangues et des automobilistes en activité dans les zones à risques. Une vision contemporaine de la société actuelle, passerelle entre le passé, le présent et l’avenir « regard sur le Cameroun nous invite à conserver nos valeurs dans une société de plus en plus moderne.

Ce vernissage nous interpelle sur les transformations environnementales, sociétales, politiques, culturelle et économique de notre société » a déclaré Fabrice Ngon, coordonnateur du pôle photographie d’art au ministère des Arts et de la Culture. Sous le double patronage des ministères de la Communication, des Arts et de la culture, la journée internationale de la photographie a permis aux acteurs du domaine d’échanger sur des problématiques Communes.

Parmi lesquelles « la photo numérique et des défis de l’archivage ». Conduite par Hervé Tapouh, enseignant à l’Esstic, la conférence a attiré l’attention des professionnels de l’image sur la mise en place d’un véritable système d’archivage pour le meilleur stockage et sauvegarde des données photographiques.

L’apport des nouvelles technologies de l’information et de la communication à la pratique de la photographie de presse a également été débattu. L’enseignante à l’école supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (ESSTIC), Joséphine Abomo, a d’ailleurs relevé les bons et les mauvais points du numérique.

« Internet c’est la fluidité et l’universalité. Néanmoins, dans le cadre de la photographie de presse, la qualité première de celle - ci réside dans son caractère informatif, au même titre qu’un article», a précisé l’enseignante.

Joséphine Abomo a en appelle à une comptabilité entre l’image et le texte afin d’offrir une information complète aux lecteurs. De son côté, le Directeur du développement et de la promotion des Arts au Minac, Armand Abanda Maté, est revenu sur les avantages de la loi du 20 juillet 2020 organisant les associations artistiques et culturelles.

Une disposition qui permet à présent aux artistes de générer des revenus, d’être assistés et subventionnés pour davantage s’intégrer dans la vision politique de la stratégie nationale de développement 2020- 2030.

Rejoignez notre newsletter!