Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 01Article 545479

General News of Thursday, 1 October 2020

Source: Actu Cameroun

Peter Tibor Nagy: 'Monsieur Afrique' de Donald Trump qui fait trembler Paul Biya

En visite de travail au Cameroun, Peter Tibor Nagy a été reçu en audience le 18 mars 2019, par le président de la République, Paul Biya. Devant la presse, le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines a indiqué que «Nous avons fait un tour d’horizon des sujets d’intérêt commun». Peter Tibor Nagy a indiqué contre toute attente que c’était «un grand honneur» pour lui de revoir le président Paul Biya, «un homme sage et intelligent».

Changement de ton surprenant. Car, avant, ses déclarations publiques au sujet notamment de l’arrestation de Maurice Kamto et de la crise anglophone ont en partie été dénoncées par le porte-parole du gouvernement, qui a invité le diplomate au respect de la souveraineté du pays. «Le gouvernement camerounais regrette vivement ces propos qui dénotent une méconnaissance des enjeux, des réalités et des faits», a notamment écrit René Emmanuel Sadi dans ce communiqué du 5 mars. Le ministre, qui y dénonce une « velléité d’immixtion à peine voilée et inadmissible, dans les affaires intérieures du Cameroun », a également invité au respect de la souveraineté du pays.

Le « Monsieur Afrique » de Donald Trump, qui a également été adjoint de l’ambassadeur du Cameroun entre 1990 et 1993, avait affirmé que le principal challenger du président Paul Biya « est perçu comme ayant été incarcéré pour ses activités politiques. (…) Cela est inacceptable. Ses partisans et lui doivent être libérés et nous ne passerons pas par quatre chemins pour le dire», avait-il déclaré, évoquant les alliés du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), interpellés dans le cadre des marches blanches du 26 janvier 2019.


« M. Kamto n’est nullement en détention pour avoir exercé des activités politiques. (…) Lui et ses partisans sont détenus pour des faits de droit commun », a répliqué René Emmanuel Sadi, citant la liste des chefs d’accusation retenus contre le leader du MRC et ses partisans, évoquant, pour la première fois « la destruction de biens à l’intérieur du pays ».


Autre point de désaccord : le dossier de la crise anglophone, sur lequel René Emmanuel Sadi juge les propos de Tibor Nagy inexacts. «Le gouvernement a apporté des réponses appropriées à toutes les revendications initiales, qu’elles soient d’ordre politique, socio-économique et culturelle », a-t-il indiqué. Des affirmations qui vont à l’encontre de celles tenues par Tibor Nagy, qui avait invité « les autorités camerounaises à être plus sérieuses dans leur gestion de la crise anglophone».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter