Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 17Article 614107

Infos Business of Tuesday, 17 August 2021

Source: L'Anecdote

Peste porcine: le marché menacé

Commerçants et éleveurs payent le lourd tribut de l’épizootie Commerçants et éleveurs payent le lourd tribut de l’épizootie

De plus en plus, cette denrée qui occupe régulièrement une place de choix dans les habitudes de consommateurs Camerounais répond aux abonnés absents. Commerçants et éleveurs payent le lourd tribut de l’épizootie.

La menasse de la peste porcine est un coup dur pour les commerçants. Plusieurs bradent dorénavant leur marchandise pour l’écouler au plus vite, et évitent de se retrouver avec des bêtes malades dans leurs réserves. Côté consommateurs, même si un grand nombre n’est pas vraiment au courant de cette maladie et préfèrent même ignorer ce fait, certains continuent aisément de consommer la viande de porc.

Mais pas de quoi se remplir les poches pour les vendeurs. Lors de la fête de l’assomption qui vient de s’achever, la viande très prisée a peiné à être écoulée. Et pour cause, la peur d’attraper une maladie en la consommant. «On ne sait déjà pas si la viande qui nous est vendue, est saine», a confié une ménagère au marché Acacias à Yaoundé.

L’autre secteur qui en pâtit, c’est la braise de porc. Il faut dire qu’elle emploie de nombreux jeunes, majoritairement les garçons. Leur lieu de vente situé à proximité d’un bar est stratégique car, l’affluence des clients se fait le soir et les terrasses des buvettes se remplissent très vite. Il y a par ailleurs, les vendeurs de boyaux qui achètent des abats aux bouchers et aux “braiseurs”.

Ils cuisinent leur viande dans un four monté sur un pousse-pousse. A l’aide de ce dernier, ils se déplacent d’un carrefour à l’autre pour la vente. Au quartier Nsam, l’on dénombre une vingtaine de braiseurs de porc et ce n’est pas la mer à boire pour ces derniers. «Les consommateurs sont de plus en plus sceptiques. Du coup, on fait de moins en moins le chiffre habituel», confie l’un d’entre eux.

Pour rappel, la peste porcine africaine (Ppa) qui a déjà fait des ravages dans la région de l’Ouest, réputée pour être un grand foyer de production, a occasionné une suspension temporaire de la vente de viande de porc au mois de juillet. Ceci afin de prévenir les risques de propagation de la maladie.

La région de l’Ouest à elle seule produit 30 000 porcs annuellement. Depuis l’apparition de la peste porcine, les pertes subies se chiffrent à moins de 2000 porcs. Selon la délégation de l’élevage, un millier a été détruit. Dans l’optique de relancer la filière, l’État entrevoit l’importation de 300 nouveaux géniteurs, dont 100 d’ici la fin de l’année en cours.

Rejoignez notre newsletter!