Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 02Article 559787

General News of Wednesday, 2 December 2020

Source: afrik-inform.com

Paul Chouta : l’homme à abattre

Poursuivi pour des faits de diffamation dont la peine n’excède pas six mois d’emprisonnement, le lanceur d’alerte est détenu depuis un an huit mois derrière les barreaux dans l’attente de son procès. Le jeune journaliste est victime d’un rouleau compresseur juridico-politique qui semble déterminé à broyer sa vie et sa carrière.

Le 28 mai 2019, Paul Chouta est interpellé alors qu’il échange avec des amis. Il sera notifié d’une plainte déposée contre lui par Dame Calixte Beyala. L’écrivaine accuse le jeune journaliste de diffamation et insulte dans une lettre ouverte intitulée “lettre à Calixte Beyala”. Une lettre dont le lanceur d’alerte ne reconnait pas la paternité. Elle aurait d’ailleurs été signée par le compte Facebook “Kand Owalski”. Mais la plaignante ne l’entend pas de cette oreille. Elle réussira à obtenir un mandat de dépôt pour la mise en détention de Paul Chouta à la prison de Kondengui. Entre multiples renvois et refus de permettre à l’accusé d’assister à son procès, le dossier de Paul Chouta piétine pour des raisons que personne ne connaît.

Il y’a quelques semaines, la Rédaction d’Afrik Inform a interrogé à cet effet Maître Emmanuel SIMH, l’un des avocats proche du dossier du lanceur d’alerte. Il nous a avoué son embarras en précisant qu’il s’agit d’une affaire qui viole toutes règles en matière de respect des procédures judiciaires. Depuis près de deux ans, sa compagne et sa petite fille vivent un vrai traumatisme. Pour ne rien arranger, elles sont régulièrement victimes de cambriolage dans leur domicile depuis l’emprisonnement du chef de famille.

Il y’a quelques mois, celle qu’une partie de l’opinion tient pour responsable de cette situation s’est exprimée à ce sujet. “Je vous dis en vérité, j’ai porté plainte, toute seule comme la grande Dame que je suis ! J’ai déposé ma plainte seule, sans être accompagnée d’un quelconque avocat et j’ai laissé la justice suivre son cours, sans jamais l’entraver d’une quelconque façon. Les reports sont dus aux turpitudes de vos propres avocats” ; dixit Calixte Beyala.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter