Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 16Article 535081

General News of Sunday, 16 August 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

'Paul Biya n'a plus rien à montrer à Yaoundé près de 4 décennies'

Le Cameroun peine à livrer le stade Paul Biya de Yaoundé qui accueillera les cérémonies d'ouverture et de clôture de la Coupe d'Afrique des Nations (Afcon) en 2022.

La Caf a reporté la 32e édition du tournoi de janvier 2021 à 2022, en raison des perturbations occasionnées par la pandémie de coronavirus, donnant au pays hôte plus de temps pour mener à bien les projets. Mais la grande question est: le pays sera-t-il prêt?

Le ministre camerounais des Sports et de l'Éducation physique, le professeur Narcisse Mouelle Kombi, a déclaré à Nation Sport qu'il était satisfait des progrès réalisés au complexe sportif d'Olembe. Le stade, d'une capacité de 60000 places, devrait porter le nom du leader de longue date du pays, Paul Biya.

Lors d'une visite d'inspection du site fin juillet, Kombi, qui est également à la tête du comité local d'organisation du tournoi, a évalué à 80% le travail effectué jusqu'à présent sur le stade qui devait initialement s'achever en décembre 2018.

Tout en supprimant au Cameroun les droits d'hébergement de l'Afcon 2019, l'organisme continental a cité l'insécurité comme la principale raison. Mais le non-respect des conditions de conformité, notamment des retards massifs dans l'achèvement des stades et d'autres infrastructures, qui ont été entourés de controverses et de scandales de corruption, a joué un rôle majeur.

Même si le gouvernement camerounais avait déclaré que les travaux sur les infrastructures destinées au concours 2019 se poursuivraient au même rythme, Yaoundé n'a pas tenu sa promesse.

Les travaux de l'usine d'Olembe progressent à un rythme extrêmement lent depuis quatre ans maintenant, les critiques attribuant les retards à la «manière sans scrupules avec laquelle les contrats du projet ont été attribués».

On craint que des dizaines de hauts fonctionnaires du gouvernement soient impliqués dans la greffe liée aux projets Afcon qui, selon les dénonciateurs, a coûté au moins 2,1 milliards de dollars à l'État.

Boris Bertolt, journaliste d'investigation et fervent critique du régime de Biya, a divulgué des copies des contrats Afcon entre l'État du Cameroun et des entreprises privées engagées pour exécuter certains des travaux avec des sommes effrayantes et le gouvernement n'avait pas contesté les chiffres.

«Les retards dans l'achèvement des infrastructures Afcon qui ont entaché l'image du Cameroun sont liés à des blocages dans l'attribution des contrats en raison de la corruption», a déclaré Bertolt.

Les scandales de corruption entourant les projets Afcon ont fait rage qu'en 2018, un député de l'opposition radicale, l'honorable Jean Michel Nintcheu a appelé le public à défiler dans les rues et à exiger la démission collective du gouvernement «pour détournement de fonds massif, corruption aggravée, organisé pillage par un groupe et sabotage d'Afcon. »

Une vidéo d'un responsable du gouvernement dans le pays défendant pourquoi un sac de ciment coûte 15000 francs CFA pour le projet Afcon, au lieu des 4500 francs CFA normaux, a provoqué un tollé après qu'il soit devenu viral.

Au milieu de l'indignation, le gouvernement a annulé le contrat de construction du complexe sportif Olembe de la société italienne Piccini et l'a attribué à la société canadienne MAGIL Construction, qui a également du mal à achever le projet.

Selon les cotes de Caf, le stade Japoma basé à Douala - qui était censé accueillir deux matches des Championnats Inter-Club Caf mais a été annulé en raison du coronavirus - répond aux normes.

Limbe, dans la région anglophone du sud-ouest du pays, est également définie, mais il y a des craintes sur les problèmes de sécurité alors que les séparateurs armés continuent de se battre depuis 2016 pour l'indépendance des anglophones dans le pays majoritairement francophone d'Afrique centrale.

Dans une interview télévisée en décembre 2018, le président de la Caf, Ahmad Ahmad, a révélé qu'en plus d'énormes retards dans les infrastructures, le Cameroun s'était vu retirer les droits d'accueil du tournoi 2019 pour éviter l'expérience de 2010 où certains joueurs avaient été attaqués par les séparateurs angolais de Cabinda.

Dans la ville de Garoua, au nord du pays, le stade omnisport Roumde Adjia de 20 000 places serait en voie d'achèvement, tout comme les terrains d'entraînement qui l'accompagnent. L'un des hôtels destinés à accueillir des clients - un établissement quatre étoiles de 70 chambres situé dans le quartier du Plateau de la ville - serait également en voie d'achèvement.

Les analystes craignent cependant qu'une attention particulière ne soit accordée aux infrastructures sportives au détriment des autres équipements de la Coupe des Nations tels que les réseaux routiers, les hôpitaux et les télécommunications.
Raymond Elume, un analyste sportif à Yaoundé a décrit le report du tournoi à 2022 comme «une bénédiction déguisée» pour le pays qui manque d'équipements vitaux.

"Je pense que le report d'Afcon de janvier 2021 à 2022 en raison de Covid-19 donne au Cameroun la possibilité d'organiser un tournoi dont nous pouvons être fiers", a déclaré Elume. «Nous aurions été prêts dans une certaine mesure si nous avions accueilli en janvier de l'année prochaine, mais cela n'aurait pas été le genre de tournoi dont nous voulons que l'Afrique soit fière.»

Le Premier ministre camerounais et chef du gouvernement, le chef du gouvernement Joseph Dion Ngute, a récemment présidé une réunion du cabinet au cours de laquelle il a recommandé que les travaux en cours pour le tournoi soient accélérés et achevés à temps, malgré le report.

Les gestionnaires du président Biya estiment qu'il a l'intention d'accueillir ses pairs et les dirigeants du football lors de l'ouverture du tournoi 2022 dans l'installation d'Olembe portant son nom comme «un signe de sa détermination à développer les infrastructures sportives au Cameroun».

Le joueur de 87 ans n'a rien à montrer à Yaoundé dans son règne de près de quatre décennies. Le stade principal de la capitale a été construit et porte le nom de son prédécesseur, Ahmadou Ahidjo, avant l'Afcon de 1972. Le stade est maintenant en attente de plan `` B '' pour l'ouverture de l'Afcon 2022 si le projet proposé du stade Paul Biya ne répond pas aux normes.

Néanmoins, les entrepreneurs sur le site du stade de 60000 places espèrent achever les travaux d'ici novembre 2020.
Franck Mathiere, chef de projet du complexe sportif d'Olembe, a déclaré aux journalistes à la fin du mois dernier que le coronavirus avait affecté les travaux de construction en cours, "mais nous sommes confiants dans la réalisation de la tâche que nous avons à portée de main."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter