Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 09Article 561227

General News of Wednesday, 9 December 2020

Source: camer

Paul Biya, le père de la décentralisation et de la démocratie apaisée

Quintessence de la sortie officielle du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement de ce mardi 08 décembre après les élections régionales du 06 décembre 2020.

Le Cameroun a organisé, avec brio, les toutes premières élections régionales de son histoire le dimanche 06 décembre 2020. Ce rendez-vous historique, piloté des mains de maître par le chef de l’Etat, Paul Biya, a été un succès, malgré les menaces sécessionniste dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Les Camerounais des dix régions, ont encore prouvé aux yeux du monde qu’ils sont matures. A part quelques éternels pourfendeurs de la République, que nous ne redresserons certainement jamais, tout le monde s’accorde à dire « que ces élections étaient une réussite ». Les régionales sont donc ce dernier puzzle qu’il manquait à la décentralisation camerounaise.

Le scrutin de dimanche va permettre la mise effective des Conseils régionaux (900 conseillers régionaux) et notamment du statut spécial prévu dans les régions anglophones du Cameroun, conformément aux recommandations du Grand dialogue national.

Le cas de Maurice Kamto

Après le bon déroulement des élections régionales, le gouvernement par la voix de son porte-parole, a salué les « collèges électoraux et au-delà le peuple camerounais pour la maturité dont il a su faire preuve une fois de plus et sa détermination à poursuivre l’expérience démocratique impulsée par le chef de l’Etat ainsi que sa marche inexorable vers le progrès et la prospérité de notre cher et beau pays », se réjouit René Emmanuel Sadi dans sa sortie de ce mardi 08 décembre 2020.

Depuis son échec à la dernière élection présidentielle, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) a appelé ses militants à boycotter toutes les élections organisées par Yaoundé. Son leader Maurice Kamto, a initié un mouvement insurrectionnel le 22 septembre 2020 pour « chasser le président ». Ce mouvement est mort dans l’œuf, mais « les procédures judiciaires engagées contre les meneurs et les organisateurs de ce mouvement insurrectionnel se poursuivront», souligne le ministre Sadi.

Plusieurs personnes arrêtées dans le cadre de mouvement ont déjà relâchées. « D’autres le seront au fur et à mesure de l’évolution des procédures judiciaires et en considération de leur degré d’implication et de la menace qu’ils représentent pour la société», ajoute-t-il.

A en croire le porte-parole du gouvernement, la situation de Maurice Kamto et de son parti « continuera de faire l’objet d’un examen attentif par les instances judiciaires et administratives compétentes».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter