Vous-êtes ici: AccueilActualités2020 07 09Article 526300

Actualités of Thursday, 9 July 2020

Source: cameroon-info.net

Patronat: la Chambre de Commerce attend son nouveau président

La Chambre de commerce entre dans une nouvelle ère avec l'élection de nouveaux membres La Chambre de commerce entre dans une nouvelle ère avec l'élection de nouveaux membres

Il sera nommé dans un peu plus d’un mois par décret présidentiel. L’actuel président, Christophe Eken, reste favori.

11700 operateurs économiques ont élu les 160 membres de la Chambre de commerce, de l’industrie, des mines et de l’artisanat (CCIMA) dans les dix régions du pays le 7 juillet 2020. Ils entament ainsi un mandat de 4 ans au sein de cette chambre consulaire. Ces elections ont permis à la CCIMA, la plus vieille (1927) organisation patronale du Cameroun, de renouvelser son personnel et de redistribuer des sièges au sein de cette chambre qui regroupe près de 95% des Petites et moyennes entreprises (PME) du pays.

Si la quasitotalité de ses membres sont déjà connus, l’identité de son président reste incertaine. Christophe Eken, l’actuel dirigeant de la Chambre qui a dejà exercé trois mandats, reste candidat à sa propre succession. Mais la décision reviendra dans 45 jours au chef de l’Etat qui est le seul à nommer le président de la CCIMA. Sera-t-il reconduit pour un quatrième mandat de quatre ans ? Rien n’est moins sûr mais beaucoup d’operateurs économiques le pensent, d’autant qu’il est le seul candidat déclaré et soutenu par la Chambre.

En attendant, l’efficacité de la CCIMA est questionnée par les operateurs économiques eux-même et par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). L’organisme onusien recommande sa privatisation. Dans son rapport sur l’«Evaluation du financement du développement (EFD) au Cameroun», rendu public au premier trimestre 2020, le PNUD regrette que «la portée et l’audience de la CCIMA restent limitées du fait qu’elle est un organisme public, ce qui ne lui permet pas d’être reconnue comme structure paritaire par les opérateurs économiques, d’autant plus qu’il existe d’autres regroupements d’affaires qui semblent assumer les missions, tels que le Groupement inter-patronal du Cameroun créé depuis 1957». Autant de réflexions qui seront probablement menées au sein de la chambre pendant les quatre prochaines années.

Rejoignez notre newsletter!