Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 12Article 588406

General News of Monday, 12 April 2021

Source: Cameroon Info

Pascal Monkam fait Grand cordon du mérite camerounais à titre posthume

Son cercueil a été décoré, au nom du Chef de l’État, par le ministre d’État, Maïgari Bello Bouba.
Décédé le 27 février 2021, l’homme d’affaires Pascal Monkam a été inhumé dans son village natal à Bakassa dans la région de l’Ouest le 10 avril 2021. Avant que la terre de ses ancêtres ne se referme définitivement sur lui, le magnat de l’immobilier et de l’hôtellerie a été fait Grand cordon du mérite camerounais à titre posthume.

D’après le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 12 avril 2021, «c’est le ministre d’Etat, Maïgari Bello Bouba, qui se charge, au nom du chef de l’Etat, d’apposer la médaille à titre posthume sur le cercueil du patriarche Nza’a Menkam Niassi, sous les regards de l’assistance». Le représentant du Chef de l’Etat, le ministre du Tourisme et des Loisirs, Maïgari Bello Bouba avait à ses côtés, le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, et le Préfet du Haut-Nkam, Luc Ndongo. C’est d’ailleurs ce dernier qui a lu le message de condoléances du chef de l’Etat, Paul Biya.

«Malgré la forte canicule, plusieurs hommes d’affaires font une procession à tour de rôle autour de la dépouille de Pascal Monkam… Cette procession marque l’ultime hommage rendu au défunt (né en 1929 et décédé le 27 février 2021) par ses partenaires d’affaires, amis et même concurrents. Les œuvres du défunt, innombrables, sont reconnues par la République», relève le journal.

Au moment où il quitte la terre des Hommes, cet homme parti de rien, laisse à sa postérité des entreprises florissantes tant au Cameroun qu’en Afrique du Sud. «Ses cinq épouses et ses 16 enfants gardent de lui l’image d’un homme attentionné, aimant, patient, tolérant, organisé, économe, qui enchaînait de multiples heures de travail sans rechigner. Pascal Monkam était également humble, sincère, fidèle en amitié, une force de la nature, un meneur d’hommes. Il était aussi engagé politiquement et a soutenu avec loyauté la politique du président Paul Biya», lit-on.

Pour Mgr Abraham Kome, évêque du diocèse de Bafang, «Pascal Monkam voulait montrer au monde qu’un riche peut s’en aller, en laissant une famille unie, qui perpétue son œuvre. C’était son vœu et c’est désormais un challenge pour ses proches», peut-on lire.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter