Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 06Article 595849

General News of Thursday, 6 May 2021

Source: Mutations, N*5336

Parlement: comment le vieux Cavaye Yeguie a broyé tous ses secrétaires généraux

Cavaye Yeguie, président de l'assemblée nationale Cavaye Yeguie, président de l'assemblée nationale

Au moment où une fumée semble se dégager de la collision entre le président de l’assemblée nationale (PAN) et l’actuel secrétaire général de l’auguste chambre, Gaston Komba, un coup d’œil dans le rétroviseur permet de constater que Cavaye Yeguie n’a pas toujours été en odeur de sainteté avec ses précédents collaborateurs à ce poste.

Premier Sg de l’actuel PAN, Michel Meva’a m’Eboutou est de tous, celui qui aura le plus côtoyé Cavaye Reguidé Djibril (1992-2002). Son passage est moins marqué par des querelles. Néanmoins, il sera remplacé par Samson Ename Ename, ancien ministre de l’administration territoriale. Après trois ans de collaboration (2002-2007), ce dernier sera éjecté de la gauche du PAN pour des motifs non officiels d’« incompatibilité d’humeur ». Son successeur n’est autre que Louis Claude Nyassa, qui passera cinq ans comme SG de l’Assemblée nationale. Au moment de son départ, il était soupçonné de malversations financières. D’après son entourage, il aurait « fâché Cavaye Yéguié Djibril, en gênant de façon incommode le marché des travaux de réaménagement de l’immeuble siège. Outre cela, il aurait engagé la gestion des livraisons du mobilier de l’hôtel des députés (d’une valeur de 400 millions fcfa), sans l’avis du bureau du PAN, encore moins sans l’avis des questeurs, qui font office de contrôleurs financiers ». C’est ainsi qu’arrive Victor Yene Ossomba (2010-2017), ancien gouverneur de l’Extrême-Nord, décédé le 13 décembre 2017. Contrairement à ces prédécesseurs, ce dernier aurait été le plus soumis au PAN.

Nommé en juin 2018, Geoffroy Désiré Mbock a juste passé une année au poste stratégique de SG du l’assemblée nationale (limogé en juin 2019). En revanche, son éviction est due au fait qu’il soit montré un peu trop entreprenant en ce qui concerne le fonctionnement de la chambre basse du parlement et un peu trop regardant sur la gestion des finances. Concrètement, « il voulait l’authenticité des diplômes des employés en fonction à l’Assemblée nationale, et instaure un contrôle strict des fonds liés aux indemnités et avantages des députés, principalement ceux reversés aux membres du bureau de l’assemblée nationale », nous avait confié une source à l’époque des faits. Avant d’être définitivement remercié, Geoffroy Désiré Mbock a d’abord été suspendu alors qu’il prenait part à une séance plénière de l’Assemblée, comme qui dirait, « en mondovision ». Une humiliation pour celui qu’on soupçonnait d’être un affidé et espion du secrétaire général de la présidence de la république, Ferdinand Ngoh Ngoh.

Il se dit également que « dans le cadre d’une contre-expertise, le SG suspendu avait découvert des incohérences s’agissant des frais d’assurance, suite à l’incendie survenue ne mi-novembre 2017 à l’Assemblée nationale ». Peut-être avait-il été rattrapé par ses réflexes acquis du temps où il était en service à l’Agence nationale d’investigation financière.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter