Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 10Article 511597

General News of Sunday, 10 May 2020

Source: lequatrièmepouvoir.com

Parcours et dur calvaire à la CNPS de Simon Meyanga, décédé du Covid-19

L’ex chef de cellule de communication de la CNPS, serait décédé du coronavirus selon des sources hospitalières et ses proches.

Décédé ce dimanche matin, la dépouille de Simon Meyanga, est actuellement « en route pour son village, sous bonne escorte des équipes de lutte contre le covid 19 et sera immédiatement inhumée à l’arrivée, » rapporte notre confrère Faustin Njikam. Le militant et communicateur du RDPC serait donc mort de suite de Coronavirus.

Simon Meyanga est décédé au Centre Hospitalier Universitaire, CHU de Yaoundé où il était interné depuis plus d’une semaine. Sa dernière publication sur Facebook remonte au 03 mai dernier, à l’occasion de la journée consacrée à la liberté de la presse.

Simon Meyanga était avant sa mort, militant du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) et était en service au Secrétariat à la Communication du parti. Son parti à travers la plume du Pr Jacques Fame Ndongo, Secrétaire à la Communication du RDPC, a fait un communiqué pour annoncer la nouvelle de sa mort.

Côté professionnel, Simon Meyanga était journaliste, diplômé de la 31ème promotion de l’ESSTIC (école de journalisme de Yaoundé) et en service jusqu’en février dernier à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS). Il a été chef de la cellule de communication à la CNPS jusqu’en juillet 2019. Il y a quelques semaines, il annonçait sur un chaîne de télévision, « avoir été licencié abusivement » après les élections municipales et législatives 2020, « pour abandon de poste« .

Limogé de la CNPS, Simon Meyanga raconte son calvaire

Le journaliste et communicateur a annoncé ce dimanche 12 avril 2020, son limogeage de la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Il y exerçait depuis quelques années d’abord comme responsable de la communication, puis cadre d’appui.

Simon Meyanga n’est plus un employé de la caisse nationale de prévoyance sociale. Le journaliste et communicateur a lui-même annoncé la nouvelle ce 12 avril dans l’émission Canal Presse sur Canal 2 International, émission durant laquelle il représentait le rassemblement démocratique du peuple Camerounais (RDPC). Cette annonce faisait suite à une question du journaliste Bouba Ngomena, sur l’état de la société. C’est donc la voix enrouée, qu’un Simon Meyanga visiblement touché essaiera de donner un accès de réponse. « Pour cause d’élection, le professeur Jacques Fame Ndongo, secrétaire à la communication a écrit une demande de mise en indisponibilité temporaire adressée à mon directeur général. J’ai ensuite demandé une permission d’absence déductible de mon salaire que j’ai déposé. Mais grande a été ma surprise de découvrir à mon retour que je suis limogé pour abandon de poste. Le dossier suit cependant son cours, j’ai tous les éléments probants en ma possession. J’ai foi en la justice. » Le journaliste se dit par la suite être une victime collatérale d’un problème entre personnes.

Avant son licenciement, le feu semblait déjà mal couvert pour l’ancien chef de la communication de l’ANAFOR. En juillet 2019, il avait été déchargé de ses fonctions de chef du département communication de la CNPS, et rétrogradé comme cadre d’appui dans une des nombreuses administrations de la société.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter