Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 29Article 564536

Politique of Tuesday, 29 December 2020

Source: Actu Cameroun

PCRN: Cabral Libii manœuvre pour la libération d’Arthur Assam arrêté sur ordre du sous-préfet

Le président national du PCRN se rend ce mardi à Sangmelima avec un collège d’avocats pour m’enquérir de la situation d’Assam Eyenga Arthur.

Arthur Assam, le responsable régional du Parti camerounais pour la Réconciliation nationale (PCRN) dans la région du Sud, a été arrêté. Il présidait une réunion le dimanche 27 décembre 2020 à son domicile à Sangmelima au moment de son arrestation.

Le cadre du PCRN était en compagnie de ses camarades lorsqu’à la demande du sous-préfet il a été arrêté pour « réunion non déclarée ». Après la réaction du PCRN à travers Anne Feconde Noah, son porte-parole, Cabral Libii se rend au chevet d’Arthur Assam ce mardi 29 décembre 2020. C’est ce qui a laissé entendre sur sa page Facebook.

« Je me rendrai demain 29 décembre 2020 à Sangmelima avec le collège d’avocats du PCRN pour m’enquérir de la situation du Camarade Assam Eyenga Arthur, Régional du PCRN dans la région du Sud, placé en garde à vue au Commissariat central de Sangmelima depuis deux jours, sur ordre du Sous-préfet, Monsieur Saïdouna Aliou. », informe le président national de cette formation politique.

L’élu de la Nation rappelle les circonstances dans lesquelles le responsable régional du PCRN a été arrêté. Il a été arrêté, souvient-il, le dimanche 27 décembre 2020, par une escouade mixte dirigée par le Sous-préfet en personne. Alors qu’il se trouvait dans un domicile privé avec quelques-uns de ses camarades de parti.




Le soutien du MRC

Sur le réseau social Facebook, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) s’offusque de cette arrestation : « Être du Sud et militer pour un autre parti que le RDPC serait-il devenu un crime? », se demande le MRC à travers Joseph Emmanuel Ateba, l’un de ses porte-paroles.

« Il semblerait que ce garçon sur la photo responsable du PCRN dans le sud aurait été interpellé et mis en cellule par le sous-préfet d’Ebolowa par ce qu’il aurait tenu une réunion avec ses camarades de parti dans son domicile. Je voudrais rappeler ici que seuls les militants du MRC interpellés au Sud dans le cadre des manifestations du 22 septembre ont été déportés à Yaoundé et écopé de 2 ans de prisons fermes. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les populations du sud sont plus otages de ce régime que toutes les autres et ont besoin de notre aide pour se libérer. », indique le parti que dirige Maurice Kamto.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter