Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 12Article 579361

General News of Friday, 12 March 2021

Source: capecffa.org

Pêche illégale : le Cameroun rappelé à l’ordre par l’UE

Mi-février, la Commission européenne a adressé un "carton jaune" au Cameroun, l'avertissant qu'il devait intensifier ses actions contre la pêche INN.
La Commission a identifié une série de lacunes, notamment l'absence d'une politique d'enregistrement solide pour les navires de pêche autorisés à opérer sous son pavillon, et la nécessité de contrôler efficacement les activités de pêche menées par ces navires : "La procédure d'enregistrement ne semble pas inclure la vérification de l'historique des navires, car des navires de pêche figurant sur la liste INN ont été enregistrés au Cameroun et autorisés à battre son pavillon.


Le Cameroun a également enregistré de nombreux navires de pêche sous son pavillon au cours des derniers mois, ce qui suscite de sérieuses inquiétudes quant à la capacité du Cameroun à contrôler et surveiller efficacement les activités de sa flotte, en particulier le segment opérant en dehors des eaux camerounaises et ceux qui se sont déjà engagés dans des activités de pêche illégales".


Parmi ces navires récemment enregistrés, on compte plus d'une douzaine de navires de pêche de l'ex-URSS (voir tableau ci-dessous), qui battent désormais pavillon camerounais et qui sont détenus ou gérés par des sociétés basées dans des États membres de l'UE: Belgique, Malte, Lettonie et Chypre. Plusieurs de ces navires ont un passé de pêche illégale en Afrique de l'Ouest.


Tous ces navires ciblent les petits pélagiques (chinchard, maquereau, sardinelle, sardine) le long de toute la côte atlantique de l'Afrique, en transbordant leurs captures dans des pays comme la Mauritanie, la Guinée Bissau, la Namibie ou l'Afrique du Sud. Ces mêmes ressources sont également pêchées par les pêcheurs artisans, et fumées ou séchées par les femmes transformatrices de poisson, dans des pays comme le Sénégal ou la Gambie. Les activités incontrôlées de ces navires ajoutent à la pression excessive exercée sur ces ressources, menaçant l'avenir des communautés qui en dépendent pour leur subsistance et leur alimentation.
Voir en taille réelle

La pêche aux petits pélagiques en Afrique de l’Ouest
LA FAMILLE DES "KING”


Un exemple éloquent est le chalutier-usine VEGA, anciennement appelé GOTLAND, qui a été condamné en 2016 à une amende pour avoir pêché illégalement dans les eaux sénégalaises alors qu'il n'était autorisé à pêcher que dans les eaux mauritaniennes. Il a été arrêté en Espagne à la demande des autorités sénégalaises, et condamné à une amende de 1 754 000 US$.
Le VEGA a changé de nom plusieurs fois, comme c'est la pratique courante pour les navires impliqués dans des opérations illégales. Il s'appelait avant le GOTLAND, et encore avant cela, le KING BASS. La "famille KING" est un groupe d'anciens chalutiers-usines soviétiques (KING FISHER, KING DORY, KING KLIP, KING DORA, KING RAY, KING BASS) impliqués dans diverses activités illégales au cours de la dernière décennie. Entre 2010 et 2012, ils ont utilisé des licences de pêche illégales pour capturer des petits pélagiques au Sénégal, une affaire particulièrement préoccupante pour les communautés de pêcheurs artisans d'Afrique de l'Ouest.


A présent, la "famille des KING" est pavillonnée au Cameroun. Chacun de ces navires est géré par une société différente basée à Chypre, mais toutes ces sociétés sont liées à une société basée en Belgique, INOK, qui a également des bureaux dans la Fédération de Russie. Certains pensent que la flotte pourrait appartenir à Magnus Roth, un homme d'affaires suédois décrit comme le "parrain du cabillaud" (“codfather”) dans la presse scandinave. Magnus Roth est depuis longtemps impliqué dans des opérations de pêche internationales. Sa société holding basée à Hong Kong, Three Towns Capital Ltd, possède également la société espagnole Lispa Holding SA, qui à son tour, depuis janvier 2014, a acheté la société de pêche lituanienne Baltlanta. Selon le chercheur suédois Anders Svensson, le changement de leur nom "KING" en noms à consonance suédoise semble refléter le changement de propriétaire.

BALTREIDS ET OCEAN WHALE COMPANY


Cette flotte des KING ne sont pas les seuls chalutiers-usine, liés à des entreprises de l'UE, à avoir récemment pris le pavillon du Cameroun. Trois autres chalutiers appartenant à la société lettone BALTREIDS, également anciennement de l'Union Soviétique, et pêchant les petits pélagiques dans les eaux ouest-africaines comme la Mauritanie, les ont rejoints. Au moins un de ces navires, le MARSHAL VASILEVSKIY, alors qu’il était sous pavillon de l'UE, a utilisé une licence de pêche illégale pour pêcher au Sénégal entre 2010 et 2012. À cette époque, il opérait également dans le cadre du protocole d'accord de pêche UE-Mauritanie.


Aujourd'hui, BALTREIDS possède encore deux navires qui pêchent dans le cadre du protocole d'accord de pêche UE-Mauritanie, le KAPITAN MORGUN et le FISHING SUCCESS. En 2020, il a été signalé que ces navires n'auraient pas respecté les zones de pêche établies dans le cadre de l'accord, en venant pêcher très près de la côte, ce qui est illégal. De plus, selon un scientifique européen qui suit leurs activités en Afrique de l'Ouest depuis des années, ces navires lettons refusent systématiquement d'embarquer des observateurs scientifiques, ce qui aurait pu faciliter les incursions illégales de ces navires dans la zone côtière.


Une troisième société basée en Europe, OCEAN WHALE COMPANY (OWC), enregistrée à Malte, exploite quatre chalutiers pélagiques de 40 ans d'âge, issus de l'ex-URSS, qui ont également changé de pavillon pour le Cameroun. Ces navires capturent des petits pélagiques dans les eaux de la Mauritanie, de la Guinée-Bissau, de l'Angola et de la Namibie, et transbordent généralement leurs prises à Bissau. L'un de ces navires, le PILOT WHALE, précédemment connu sous le nom de MIKHAIL VERBITSKIY, a été vu il y a quelques années par Greenpeace faisant des incursions illégales dans les eaux sénégalaises alors qu'il n'avait qu'une licence pour pêcher en Guinée-Bissau.


En résumé, l'Union européenne reproche au Cameroun de ne pas faire assez pour lutter contre la pêche INN. Dans le même temps, il existe des sociétés enregistrées en Europe qui possèdent ou gèrent une flotte d'anciens chalutiers usines soviétiques battant pavillon camerounais, dont beaucoup ont un passé de pêche illégale. Tous ces navires ont encore des liens avec la Russie, et nombre de leurs opérations sont financées par des capitaux russes. Ces sociétés basées dans l'UE sont, avec les investisseurs russes, celles qui profitent en fin de compte des activités de ces navires qui mettent en péril les moyens de subsistance des communautés de pêche d'Afrique de l'Ouest. L'UE ne devrait-elle pas également chercher à cibler ces entreprises européennes ?
L’UE peut jouer un role clé pour responsabiliser les propriétaires bénéficiaires


Comme indiqué dans le récent "Spotlight" de TMT, le fait que les bénéficiaires effectifs ultimes de ces opérations se cachent derrière des sociétés écrans "représente un défi important pour les autorités qui tentent de gérer, d'enquêter ou de poursuivre ... les véritables propriétaires qui sont les véritables bénéficiaires financiers de l'activité illégale. En conséquence, les efforts de répression se concentrent souvent sur le navire (l'actif) plutôt que sur les véritables coupables".


Au cours de la dernière décennie, l'UE a commencé à intégrer dans sa législation des dispositions visant à responsabiliser ses ressortissants impliqués dans des opérations de pêche, quel que soit leur pays de résidence ou le pays dont leurs navires battent pavillon. La politique commune de la pêche elle-même couvre désormais les activités des ressortissants des États membres de l'Union. Les articles 39 et 40 du règlement contre la pêche INN, qui est entré en vigueur en 2010, traitent de la question des ressortissants qui soutiennent ou pratiquent la pêche INN, y compris les opérateurs ou les propriétaires réels. Mais c'est aux États membres de prendre des mesures, et la plupart d'entre eux, y compris ceux impliqués dans cette affaire - la Lettonie, Malte, la Belgique, Chypre, n'ont jamais montré d'appétit pour agir dans ce domaine.


Une exception notable est l'Espagne qui, en 2016, grâce à une opération conjointe de la police espagnole et d'Interpol, a arrêté et inculpé six personnes liées à la société de pêche Vidal Armadores, pour des opérations de pêche illégale de leurs navires sous d'autres pavillons. Mais en décembre 2016, la Cour suprême espagnole a conclu que les tribunaux espagnols n'étaient pas compétents dans cette affaire, a annulé le précédent jugement de la Haute Cour. Les charges pénales ont été abandonnées, mais les charges administratives aient été maintenues. Un expert commentant ce résultat a souligné :


“Cette affaire réaffirme la nécessité de mettre en œuvre une législation qui permette de poursuivre au pénal les propriétaires réels de navires pratiquant des activités de pêche INN dans des zones situées au-delà de la juridiction nationale : les lacunes de la législation doivent être comblées. L’effet dissuasif des sanctions purement administratives s’est avéré insuffisant, les contrevenants les considérant comme des coûts opérationnels.”


— Sally Frankom - Stop Illegal Fishing


Mais pour pouvoir cibler les bénéficiaires effectifs ultimes, il faut d'abord savoir qui ils sont. Le manque d'informations sur ces bénéficiaires est un obstacle important à leur responsabilisation. La publication de ces informations est également importante car les questions liées aux activités de ces bénéficiaires effectifs, notamment la pêche illégale, la corruption, le blanchiment d'argent, sont d'intérêt public.


L'UE a fait un premier pas pour lever le secret sur les bénéficiaires effectifs, avec le règlement européen de 2017 sur la gestion durable des flottes de pêche extérieures (Règlement SMEFF). Cette législation prévoit que la Commission européenne gère une base de données électronique des autorisations de pêche, comprenant des informations sur les bénéficiaires effectifs des opérations effectuées par des navires battant pavillon d'un État membre de l'UE. À ce jour, ces informations restent confidentielles.


Faciliter l'accès du public aux informations sur les bénéficiaires effectifs contenues dans cette base de données (nom, ville, pays de résidence du propriétaire et des cinq principaux bénéficiaires effectifs, ainsi que la nature et l'étendue de l'intérêt bénéficiaire détenu) serait une bonne première étape pour créer la transparence sur les bénéficiaires effectifs.


Mais cela ne suffirait pas à créer la transparence sur les opérations des navires détenus ou gérés par des sociétés basées dans l'UE et battant pavillon d'un pays tiers comme le Cameroun. Il faudra donc prendre des mesures supplémentaires au niveau international.


Avec les mesures qu'elle a déjà prises, l'UE peut jouer un role clé dans ces débats internationaux et faire des propositions concrètes pour progresser sur la question, en commençant par améliorer les exigences en matière de déclaration de la propriété effective. À ce sujet, dans sa publication Spotlight, TMT suggère par exemple d'"exiger des propriétaires de navires qu'ils déclarent la propriété effective finale lorsqu'ils s'enregistrent auprès d'un État du pavillon ou demandent une autorisation de pêche, et de rendre cette information publique et transparente".


Il souligne également :


“Il est manifestement nécessaire d’examiner les responsabilités de ces “États de propriété effective”, d’autant plus que les recherches indiquent que le nombre de pays d’”origine” des propriétaires effectifs est très limité. Si ces États prenaient des mesures pour limiter la capacité de leurs ressortissants à mener des opérations de pêche opaques et à tirer profit d’activités de pêche illégales, la capacité des opérateurs à haut risque à dissimuler leur identité et à perpétuer leurs crimes serait considérablement réduite”.
— Duncan Copeland, Mary Utermohlen et Austin Brush - The Exploitation of Company Structures by Illegal Fishing Operators


Conclusion


Le carton jaune au Cameroun vise à répondre à bien plus que les risques posés par les activités de ces chalutiers pélagiques, en particulier la présence croissante de navires chinois incontrôlés dans les eaux camerounaises. Ce carton jaune est à saluer principalement parce qu'il signifie qu'un dialogue sera ouvert entre l'UE et le Cameroun, afin d'encourager et de soutenir le Cameroun à prendre les mesures appropriées pour lutter contre la pêche INN dans ses eaux et par les flottes utilisant le pavillon camerounais. Toutefois, si le Cameroun devait se voir infliger un carton rouge, et à condition que cela touche ces chalutiers pélagiques, le scénario le plus probable est qu'ils se repavillonnent vers un autre pays mal équipé, qui ne pourra ou ne voudra pas les contrôler.


Étant donné la menace que ces chalutiers représentent pour l'exploitation durable des petits pélagiques en Afrique de l'Ouest et pour les moyens de subsistance des communautés côtières ouest-africaines, il est grand temps que l'UE commence à réfléchir à la manière de montrer la voie pour que les États bénéficiaires, comme de nombreux États membres de l'UE, puissent cibler plus efficacement ceux qui réalisent les profits de ces opérations de pêche douteuses.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter