Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 15Article 520636

General News of Monday, 15 June 2020

Source: L'Anecdote n°1110

Opération Epervier : sur les traces des fugitifs et des évacués


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Certains ont bénéficié de la générosité et de la magnanimité du président de la République pour se soigner hors du pays ; d’autres ont simplement pris la poudre d’escampette. Petite revue des figures emblématiques « en cavale. »
Le 1er décembre 2015, à la suite d’un long rodéo, Essimi Menye quitte le Cameroun pour les Etats-Unis. L’ancien ministre délégué au Budget, puis des Finances et enfin de l’Agriculture, longtemps hospitalisé sous bonne garde, a été mis sur la touche quelques mois plus tôt à la suite d’un réaménagement gouvernemental intervenu le 2 octobre 2015.

En fait, quelques semaines auparavant, ayant eu vent de possibles poursuites judiciaires contre lui, l’ancien ministre a pris ses quartiers au centre médico-social de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Lors qu’intervient sa sortie du gouvernement et que la justice demande absolument qu’il se mette à sa disposition pour répondre de plusieurs faits, il s’active en coulisse pour sortir du pays au motif d’une maladie rare et bizarre.

Il l’obtiendra in extrémis, et, l’homme qu’on disait à l’article de la mort, sera vu aux côtés de hauts responsables du FMI et de la Banque mondiale en train de donner une conférence sur l’agriculture. Le statisticien qui était alors sous surveillance policière dans sa chambre d’hôpital, vient de se soustraire malicieusement à la justice qui ne va pas hésiter à le condamner à quatre reprises. Depuis la vile de Springfield en Virginie aux Etats-Unis, Essimi Menye, coule des jours heureux en dépit des condamnations de la justice. La dernière en date, prononcée en mars dernier, porte sur une affaire de détournement de 9,1 milliards de Fcfa qui a vu ce dernier frappé de la peine capitale.

Des figures comme celle de l’ancien Premier ministre Inoni Ephraim, font partie de ceux qui ont généreusement bénéficié de la magnanimité du chef de l’Etat. En fait, l’ancien locataire de l’immeuble Etoile, 72 ans aujourd’hui, arrêté en 2012 pour des malversations dans le cadre de l’affaire Camair, a été évacué pour des raisons sanitaires en France. Puis, l’on apprendra dans les colonnes du magazine panafricain Jeune Afrique qu’il vit à Paris en toute liberté dans le 16e arrondissement de Paris. « Chief » Inoni, apprend-on, y est logé dans un appartement aux frais de l’Etat camerounais.

Si Essimi Menye a pu s’extraire des fourches caudines de la justice en usant de subterfuge et d’un montage savamment orchestré par des mains expertes en la matière, il n’en est pas de même pour Chief Inoni. S’il semble mieux se porter selon les informations du confrère, un retour à la case prison au Cameroun semble lointain, voire inenvisageable. Gravement brûlé le 22 juillet 2019 lors de la mutinerie intervenue à la prison centrale de Yaoundé, où il purgeait une peine de 20 ans d’emprisonnement pour détournement de la somme de 1,7 milliards de Fcfa, l’ancien PM, évacué en octobre 2019 en France, est bien parti pour prolonger son séjour dans la capitale française ou ailleurs. Et ne plus revenir au Cameroun purger sa peine.

Le décès de Victor Fotso, patriarche milliardaire, pourra-t-il permettre à son fils Yves Michel Fotso, de revoir sa terre natale de Bandjoun ? L’ex DG de la Camair a bénéficié d’une autorisation spéciale pour sortir du pays dans la nuit du 18 au 19 août 2019, afin de se soigner du cancer qui le ronge dans un hôpital marocain à Casablanca. Si le fils du milliardaire de Bandjoun décédé le 20 mars 2020 à Paris se remet progressivement, il est cependant peu sûr qu’il rentre au Cameroun et en prison. Écroué à la prison centrale de Yaoundé depuis 10 ans pour détournement de deniers publics en coaction de la somme de près de 17 milliards de Fcfa dans le cadre de F Opération épervier, Yves Michel Fotso, pour les obsèques de son père dont la date reste inconnue, craint que ses geôliers ne lui mettent le grappin dessus.

Bien qu’il ait bénéficié d’une rallonge financière de 90 millions de Fcfa pour couvrir ses frais médicaux, payés par l’Etat et comprenant l’apurement de la dotation initiale-de 17, 879 millions de Fcfa ; le règlement du reliquat des frais d’hospitalisation d’un montant de 31,352 millions de Fcfa ; et une provision permettant d’assurer ses soins sur trois mois élevée à plus de 40millions de Fcfa, des tractations se déroulent en coulisse pour obtenir une autorisation spéciale du chef de l’Etat afin qu’il prenne part à l’enterrement du patriarche.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter