Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 12Article 579421

General News of Friday, 12 March 2021

Source: www.camerounweb.com

On nous enchaîne à des lits d’hôpitaux - Sisiku Ayuk Tabe

Dans une interview à Jeune Afrique, le leader sécessionnistes Ayuk Tabe dénonce ses conditions de détentions ainsi que celles de tous ses codétenus.


Dans cet entretien accordé au magazine panafricain d'information, le leader sécessionniste a livré des détails sur leurs conditions de vie « déplorables » dans leur lieu de détention à Yaoundé. « L’emprisonnement n’est jamais une bonne chose, quelles que soient vos conditions de détention » raconte Ayuk Tabe. « Comme tous les Ambazoniens incarcérés dans diverses prisons du Cameroun, nous sommes soumis à de graves traumatismes psychologiques et, parfois, à des conditions de détention inhumaines. Lorsque nous sommes malades et hospitalisés, on nous enchaîne à des lits d’hôpitaux. C’est arrivé à l’avocat Shufai Blaise Berinyuy et, surtout, au frère Thomas Tangem, mort menotté à un lit d’hôpital. En un mot, nos conditions de vie sont déplorables », déplore t'il.

Emprisonné depuis trois ans, le président de la « République d’Ambazonie » de Yaoundé, condamné à perpétuité dénonce aussi les conditions de son arrestation, lui qui s'était réfugié au Nigéria avant d'être rattrapé par la justice camerounaise. Selon Ayuk Tabe, cette arrestation est un « enlèvement ». « L’emprisonnement n’est jamais une bonne chose, quelles que soient vos conditions de détention. Nous avons été condamnés, au Cameroun, après avoir été enlevés le 5 janvier 2018 à Abuja, alors que nous nous trouvions à l’hôtel Nera, que nous étions des réfugiés et que nous avions déposé une demande d’asile au Nigeria. Nous avons été emmenés au Cameroun en violation totale de toutes les lois et conventions nationales et internationales. D’ailleurs, en mars 2019, la Haute cour d’Abuja a statué que nous devions être renvoyés au Nigeria, libérés et indemnisés ». « Notre quête d’une Ambazonie libre et indépendante dépasse nos personnes et si [cette détention] est le prix à payer, nous le paierons », ajouté le leader sécessionnistes qui est accusé par régime de Yaoundé d’actes de sécession et de terrorisme en août 2019.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter