Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 27Article 569620

General News of Wednesday, 27 January 2021

Source: www.camerounweb.com

Occultisme, trafic et vente des bébés au Cameroun: le nom de Fame Ngondo cité !

Un scandale a secoué l'opinion camerounaise en début janvier dans la capitale Yaoundé avec le vol de bébés ou nouveaux nés qui devient très réccurent au Cameroun. La police a arrêté un présumé voleur qui dévoile le gros businnes qui se trame sous les cieux des pays de la CEMAC et ailleurs. De quoi donner des grincements de dents et susciter la panique aux mères de familles qui sont victimes ou parfois complices de ces délits. Ces enfants volés font donc objet de sacrifices rituels dans des days, soit vendus à des réseaux mafieux. Ces délits se déroulent sous les regards évasifs des autorités du pays , regrette Patrice Nouma. L'ex officier de l'armée se demande le rôle que le ministre Fame Ndongo joue dans ce trafic et vente de bébés. De graves confidences qu'il livre dans les vidéos ci-dessous!


Arrêté, le présumé voleur fait de graves révélations sur le business


La police camerounaise a déclaré samedi avoir ouvert des enquêtes sur un réseau de trafiquants qui auraient acheté des bébés à l'État centrafricain pour les vendre en République démocratique du Congo. Certains membres du réseau, soupçonnés d'avoir vendu illégalement des dizaines d'enfants, ont été arrêtés samedi dans la capitale camerounaise, Yaoundé, avec des bébés qu'ils avaient achetés et une mère qui a dit vouloir vendre son enfant à naître parce qu'elle est pauvre. La mère a également été arrêtée.

Baudouin Gweha, haut fonctionnaire du poste de gendarmerie de Mimboman, un quartier de Yaoundé, dit avoir arrêté Pierre Essola, 41 ans, pour avoir mené une activité qui porte atteinte à la dignité humaine.

Essola dit à la police camerounaise que toutes les négociations avec les acheteurs et vendeurs potentiels de bébés se font par téléphone.

Il dit avoir trouvé une femme congolaise sur les réseaux sociaux qui proposait d'aider les mères adolescentes et célibataires à prendre soin de leurs nouveau-nés. Il dit qu'il a immédiatement contacté les femmes congolaises via WhatsApp et lui a dit que de nombreuses jeunes filles avec des grossesses non désirées au Cameroun ont besoin d'aide. Il dit avoir enregistré et envoyé des vidéos de mères adolescentes pauvres à la femme au Congo. Il dit qu'au Cameroun, la femme lui a révélé qu'elle avait un autre partenaire qui l'aide à acheter des bébés dans la ville côtière camerounaise de Douala.

Essolla a déclaré que son intention était d'aider les mères pauvres, en particulier les adolescentes qui abandonnent leurs bébés dans la rue parce qu'il n'y a personne pour s'occuper des bébés.

La police camerounaise rapporte que l'année dernière, plusieurs centaines d'enfants ont été abandonnés dans les rues par des mères pauvres. Au moins deux douzaines de bébés ont été tués ou retrouvés morts après que leurs mères les ont abandonnés.

Gweha dit qu'Essolla fait partie d'un réseau qui vend des bébés camerounais en RDC.

Il dit que parmi les personnes déjà arrêtées se trouve un trafiquant en ligne qui facilite l'achat et la vente de nouveau-nés.

Baudouin Gweha et ses pairs gendarmes, Yaoundé, Cameroun, 16 janvier 2021.
Il dit que la police camerounaise a également arrêté deux mères qui ont vendu leurs bébés, deux femmes de la RDC qui ont acheté des bébés et une baby-sitter que les femmes ont payée pour s'occuper des nouveau-nés à Yaoundé. Il dit que les quatre bébés récupérés des trafiquants ont été remis à l'hôpital Chantal Biya de Yaoundé pour un suivi médical et des soins.


Gweha a déclaré que les acheteurs avaient payé 2000 dollars pour un bébé d'un jour qui était encore très fragile et 6000 dollars pour des enfants en bonne santé et âgés de plus de 3 mois.

La police a déclaré que les enfants étaient cachés dans une maison de Yaoundé et nourris avec du lait maternisé. Les enfants ont reçu des injections qui les ont endormis. La présence d'une fille enceinte près de la maison et les cris des enfants ont cependant poussé les voisins à alerter la police.

Gweha a déclaré que ce n'était pas la première fois que les femmes de la RDC achetaient des enfants camerounais, mais a déclaré qu'en raison de l'enquête, il ne pouvait pas révéler l'identité et les villes d'origine des femmes congolaises.

Betty Nancy Fonyuy, directrice du Timely Performance Care Center de Yaoundé, affirme que les mères pauvres pourraient solliciter les services d'organisations comme la sienne qui prennent en charge les enfants vulnérables et pauvres.

«Les enfants dont leurs parents ne peuvent pas s'occuper, ils les amènent au centre, on prend soin d'eux, on les nourrit, on les habille, on envoie même de l'aide chez eux», dit-elle. «Il y a tellement de centres au Cameroun pour aider. La pauvreté au Cameroun n'est pas si grave que cela pour inciter les gens à vendre leurs enfants. Et ceux qui vendent des enfants à d'autres nations, c'est très mal. »

Il n'y a pas de statistiques sur l'achat et la vente illégaux d'enfants au Cameroun, mais l'État d'Afrique centrale affirme que les couples sans enfants à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières achètent ou volent de plus en plus des bébés et revendiquent la propriété.

Le Cameroun affirme qu'il travaille également au démantèlement des réseaux de trafiquants d'enfants entre le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Le rapport 2020 sur la traite des personnes du Département d'État américain indique que le Cameroun est également un pays d'origine, de transit et de destination pour les enfants soumis au travail forcé et à la traite sexuelle.







Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter