Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 07Article 606649

Actualités of Wednesday, 7 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Occultisme à la morgue: les effroyables révélations d'un Morguier

Devant la porte d'une morgue Devant la porte d'une morgue

• Ndoumbe Dibobe a tiré sa révérence ce 6 juillet

• Avant sa mort, il a donné des interviews sur son métier de croque-mort

• La rédaction vous livre les révélations effroyables d'un ex morguier à Bertoua sur les pratiques occultes qui se déroulent dans les morgues




Ndoumbe Dibobe a été célèbre de son vivant pour avoir démystifié le métier de croque-mort dans les morgues surtout celle de l’hôpital Laquintinie. Sa réputation a franchi les frontières camerounaises. Ce 6 juillet 2021, il a rendu l'âme.

Ses derniers instants n'ont pas été agréables. A la retraite, il ne percevait aucune pension. Difficile de joindre les deux bouts, il a accusé les autorités camerounaises de l’avoir oublié.

La rédaction de Camerounweb vous propose les révélations d'un autre morguier à Bertoua sur les pratiques occultes dans les morgues. Ces confidences confortent les propos de Ndoumbe Dibobe qui a lui aussi avoué qu'il a profané des corps à sa guise. Ses propos avaient choqué les Camerounais lorsqu'il racontait dans les bars de Douala qu'il viole les cadavres des belles femmes.


Pour des postes, des ministres sodomisent des cadavres


Cet ancien morguier de Bertoua a aussi effrayé les Camerounais lorsqu'il a fait des témoignages émouvants sur son métier, les pratiques diaboliques qu'il a entretenues avec des ministres.

Il a décrit aux profanes en quoi consiste d'abord son travail dans une morgue. "Notre travail consistait donc à conserver les morgues jusqu'à -2 degrés C. Nous nous occupions surtout des formalités administratives concernant la conservation et le transfert des dépouilles mortuaires vers les maisons funèbres. Cependant, le morguier ne peut être confondu au croque-mort, on ne peut pas parler de croque-mort, dans une morgue hospitalière ou maison mortuaire comme les gens le font. Le croque-mort est un employé de pompes funèbres, le service qui organise les funérailles d'un cadavre, de l'enlèvement du corps à la morgue, jusqu'à l'enterrement dans un cimetière. Laver, embaumer, embellir le cadavre, font également partie du travail du croque-mort. Au Cameroun, nous devons parler de morguier et non de croque-mort, comme les gens ne connaissent pas, ils confondent morguier et croque-mort, sans avoir totalement tort, car les deux métiers consistent en la manipulation de cadavres", a-t-il expliqué aux confrères de Seneweb.

Durant l'exercice de son travail, il a eu a rencontrer des personnes qu'il n'a jamais soupçonné dans sa vie. Ces personnes lui demandent des services qui dépassent l'entendement. Le morguier avoue qu'il a été approché par des ministres du Cameroun, des Directeurs Généraux de sociétés d'Etat et privée. Il les recevait tard dans la nuit et c'est une visite dit-il qu'il a toujours présent plaisant.

"C'est vrai, cela m'est arrivé plusieurs fois. Je recevais la visite des ministres. Des directeurs généraux des sociétés privées et d'Etat. Ceux-ci quittaient Yaoundé pour Bertoua par ce qu'ils voulaient être discrets dans leurs manigances. Ils arrivaient à minuit eux-mêmes au volant de leurs voitures. Certains préféraient sodomiser les cadavres, selon la pratique qui leur était imposé dans le milieu occulte. D'autres qui n'étaient pas courageux, me payaient pour que j'aille livrer au bureau. Cela se passait toujours vers 23h-minuit", a-t-il avoué avant d'ajouter qu'il est sollicité énormément "parce qu'il entretenais bien le business.

Il a fait une fortune avec les cadavres des familles et confesse qu'il n'a jamais eu de remords à propos. "Pour des cadavres, je n'avais aucun remord à faire cela. Je pouvais gagner 500 000 par mois. La livraison dans les ministères ne concernait pas toujours les ministres il y'avait aussi des employés qui faisaient des pratiques pour accéder aux postes supérieurs".

L'ex morguier de Bertoua s'est retenu de ne pas donné les noms des ministres et DG de sociétés qui demandaient ses faveurs mais il précise qu'ils utilisent les organes des cadavres pour des pratiques occultes afin d'avoir des promotions ou des nominations.

"Toutes les personnes qui demandaient à être livrées, voulaient accéder à un poste. Il y en a qui prenaient ces organes et mettaient dans leurs vêtements pendant un an, lorsqu'ils vont au travail. Je vous assure, je n'ai aucun respect pour certains ministres. Ce sont des monstres qui se cachent sous des vestes. Certains d'entre eux sont les plus accros aux pratiques bizarres.
Lorsque je livrais les organes à ces gens, les points de rencontre étaient le (nom de l'hôtel enlevé Ndlr), et souvent (...). On me contactait une semaine avant, je recevais le numéro d'une chambre. Et lorsque j'arrivais à l'hôtel, je ne m'arrêtais pas à la réception. J'entrais directement dans la chambre et je déposais le colis qui était soit la langue, les dents, le cœur, ça dépendait de la pratique. J'étais payé par livraison 55 000 ou 100 000 FCFA", a-t-il indiqué.

Ces propos avaient choqué les Camerounais. Mais ce n'est pas le plus effrayant pour certains. Ils avouent qu'une autre déclaration de Ndoumbe Dibobe a eu plus d'effet sur eux. " Quand on entre à la morgue on toque 03 fois parce que l’homme qui est mort se repose mais son esprit est là. C’est interdit de pleurer à la morgue parce que les esprits sont là et les pleurs font fuir l’esprit qui veut le calme", a révélé Ndoumbe Dibobe. De son vivant, il a déclaré avoir sauvé un Inspecteur de police à la morgue. " On l’avait emmené et j’ai refusé de lui injecter du formol. Puis j’ai interdit les pleurs et chassé tout le monde. Je lui ai parlé et 30 minutes après, il s’est réveillé", avait-il dit fièrement.»

Rejoignez notre newsletter!