Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 06Article 586627

General News of Tuesday, 6 April 2021

Source: Actu Cameroun

Nouvelles révélations sur l’identité du neveu de Paul Biya qui a diffusé l’audio de Mvondo Ayolo

Son petit nom c’est Papou, il a quitté le Cameroun depuis plusieurs années et vie sans situation sociale dans un pays en Europe.

Tout est parti selon son post et l'audio prêtée à Mvondo Ayolo, son oncle ministre directeur du cabinet civil de la présidence de la République et à ce titre proche collaborateur de président de la République suite à une demande de 15 000 000 de francs CFA destinés aux frais de scolarité du "dénonciateur-imbécile". Une prétention relevant des affaires privées du président de la République et jugée irréalisable sous réserve de l'accord préalable et formel de son illustre oncle et président de la République. Ce qui provoquera l'ire frisant une crise d'hystérie de l'émigré Papou qui, voici quelques années a officiellement quitté le Cameroun avec le niveau du BEPC et pour profession footballeur. Bref c'est un aventurier au même titre que tous les autres qui partent sans un véritable plan de vie ou objectif précis, devenant ainsi des désœuvrés qui squattent les bouches de métro et autres jardins publics et des places de renom occidentales à la seule et unique différence que le sang de la famille présidentielle coule effectivement dans ses veines. Un privilège qui grâce à la proximité avec tous les acteurs au sein des saints lui permet d'être au courant des choses fondées ou non qu'il vient de balancer sur la place publique en jetant en pâture les membres de sa famille au nom de ses prétentions burlesques et démesurées lorsque l'on imagine le véritable niveau d'instruction du maître chanteur en herbe au départ du Cameroun.

Une affaire particulièrement rocambolesque et même curieuse qui suscite moult interrogations sur les motivations de celui-là qui en voulant se passer pour une victime, dévoile plutôt à l'opinion camerounaise les avantages dont bénéficient aussi bien la famille présidentielles et que les assimilées auprès du cabinet civile sur le dos du contribuable camerounais. Toutes choses qui naturellement remettent en cause le respect des règles de gouvernance publique et de justice sociale dans un pays où la misère a pratiquement fait son lit depuis de longues années avec la prolifération non seulement des métiers opportunistes semblables aux métastases d'un cancer socio clinique mais également de l'apparition du phénomène des microbes dont les membres se recrutent essentiellement au sein d'une jeunesse désillusionné et désormais portée à la barbarie dans les grandes métropoles de notre pays.

Une sortie qui désormais donnent du grain à moudre à tout ce que le Cameroun compte comme néo compatriotes et pour preuve, l'inflammation de la toile depuis ce matin avec des commentaires allant dans tous les sens en fonction surtout du degré de haine que ceux-ci portent sur la République.

Quel gâchis pour une famille dont l'union des membres biologiques s'impose comme étant une condition sine qua non dans l'intérêt de notre pays et même au-delà. Pourquoi n'avoir approché son illustre géniteur si sa requête était véritablement fondée pour diligence ou tout autre membre de la famille s'il jouissant d'une réputation positive? Pourtant en Afrique, il est de notoriété publique dit-on souvent "le linge sale se lave en famille". À l'analyse, tout porte à croire que le prétexte d'une inscription dans une école probablement imaginaire ne relève ni plus ni moins que d'un grotesque mensonge bien monté à d'autres fins.

Dans un monde globalisé au forceps, pas de doute que la place jadis sacrée de la famille africaine, est plus que jamais menacée par cette jeunesse dangereusement aliénée et prête à tout selon les cas pour parvenir à son accomplissement individuel.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter