Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 29Article 523474

General News of Monday, 29 June 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Noso : l'armée frustrée par le train de vie des Israélites à la tête du BIR


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les soldats de l'armée du gouvernement camerounais seraient frustrés par le traitement réservé aux forces spéciales supervisées par Israël qui défendaient les années du crépuscule de Paul Biya selon Africa Intelligence.

L'insatisfaction grandit dans l'armée camerounaise qui se retrouve en première ligne de la lutte contre une multitude de forces de restauration d'Ambazonie au sud du Cameroun tandis que les forces spéciales défendant les sièges du pays bénéficient d'un traitement préférentiel.

L'un des commandants israéliens Eran Moas a sa résidence habituelle dans un immense manoir à Yaoundé où il se déplace dans une voiture à l'épreuve des balles escortée par une équipe de gardes du corps.

Eran Moas apprécie ce mode de vie grâce à son travail de longue date au sein du Rapid Intervention Battalion (BIR), une unité d'élite de l'armée camerounaise, ainsi qu'à des entreprises commerciales avec le gouvernement camerounais. Le BIR fonctionne sous les ordres directs du président Paul Biya, au pouvoir depuis 37 ans. Le bataillon camerounais est connu pour le régime d'entraînement ardu que traversent ses soldats et leur accès à des armes supérieures.

Le BIR est également connu pour son impitoyabilité et il est en quelque sorte l'armée privée de M. Biya car ils ne sont pas responsables devant la chaîne de commandement de l'armée régulière. Le niveau de barbarie perpétué par le bataillon d'intervention rapide (BIR) et les milices gouvernementales pro Biya alors qu'ils poursuivent leur guerre génocidaire et la politique de la terre brûlante pour anéantir complètement le Cameroun méridional (Ambazonie) est alarmant.

Jusqu'à présent, à la suite du génocide en cours au Cameroun méridional (Ambazonie), environ 21 000 personnes ont été tuées, plus de 298 villes et villages ont été incendiés, plus de 120 000 personnes ont cherché refuge au Nigéria et plus loin, plus d'un million de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays ou vivent dans des buissons et plus de 3 000 personnes sont incarcérées dans des prisons et des centres de détention.

Le président français du Cameroun, Biya, et ses milices militaires et privées seront tenus responsables de ces crimes. Sans exonérer les forces d'autodéfense ambazoniennes, nous savons également que le gouvernement de M. Biya fait tout par le biais de sa milice privée (populairement connue sous le nom d'Atanga Nji Boys) pour commettre des atrocités et les relier aux forces d'autodéfense, afin de susciter la sympathie internationale. Seule une mission d'enquête indépendante peut établir les faits et jusqu'à présent, le gouvernement de M. Biya a résisté à toutes les demandes des organisations humanitaires indépendantes de visiter le sud du Cameroun et d'établir les faits.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter