Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 04Article 595285

General News of Tuesday, 4 May 2021

Source: English Cameroon for a United Cameroon?

'Ngoh Ngoh veut désespérément être président'

Ngoh Ngoh et Franck Biya Ngoh Ngoh et Franck Biya

Dans une nouvelle tribune mise en ligne par la plateforme 'English Cameroon for a United Cameroon', le secrétaire générale de la présidence de la République du Cameroun, rêve de remplacer son patron Paul Biya à la tête du pays. Mais , ce dernier n'est toujours pas accepté par les puissances extérieures et une partie des clan qui entourent le régime Biya. Ce qui fait l'affaire du fils du vieux chef d'Etat qui fait actuellement office de candidat favoris.


Lisons l'analyse du English Cameroon for a United Cameroon

1 D'après ce que nous apprenons, une transition politique est éminente et la France est profondément investie pour avoir M. Frank Biya comme candidat au RDPC. Tout est également mis en place pour la fraude électorale et la fragmentation de l'opposition.

2. Le choix de M. Frank Biya ne fait pas l'unanimité - il est poussé par la France et les barons de la classe politique Centre-Sud. M. Ngoh Ngoh veut désespérément être président mais les Français et le clan Centre-Sud ne l'aiment pas. On dit que M. Biya est plus enclin à voir une personne anglophone ou nordique prendre la direction du RDPC et peut-être remporter l'élection du troisième président. Mais pour la France, M. Biya est une nuisance qui doit s'inscrire dans leur plan.

3. Les Français se trompent en disant que les anglophones peuvent être dupés en faisant agir une élite anglophone populaire comme candidat de l'opposition. À cet égard, ils penchent vers le parrainage de la candidature de M. Akere Muna ou de M. Agbor Balla. Il ne s’agit pas seulement de donner de faux espoirs, mais d’affaiblir l’opposition dans ces régions. Cela signifie que nous pouvons nous attendre à une transition politique très prochainement, avec des motions de soutien fabriquées pour Frank Biya. Crtv est déjà en train de manipuler l'opinion publique.

4. Si l'on prend l'idée de l'imposition de M. Frank Biya à la tête du RDPC et une élection avec une fausse opposition anglophone pour garantir la victoire, transparente ou truquée, alors on peut s'attendre soit à la séparation de l'ouest du Cameroun, soit à une guerre civile à l'avenir.

5. Selon toutes les normes, M. Frank Biya n'est pas la meilleure personne pour diriger le RDPC. Il y a un anglophone qui est clairement favorisé pour cela. Le sortir du tableau est une preuve finale que si les Britanniques ne dirigent pas le Cameroun occidental, le Cameroun oriental est dirigé par la France et qu'il est très loin d'une démocratie constitutionnelle multipartite. Nous avons des raisons de croire que les séparatistes reçoivent une meilleure formation et de meilleures stratégies pour protéger leur peuple et nuire aux militaires. Cela les laissera en mesure de combiner l'argument politique selon lequel le Cameroun est incapable de démocratie constitutionnelle et ne devrait donc pas maintenir le Cameroun occidental comme territoire annexé. Leurs chances de séparation avec le soutien international augmenteront. Un référendum peut être imposé au Cameroun. Plus de problèmes en France-Afrique laisseront la France déshonorée au niveau international. Un conflit d'intérêts affaiblira toute opposition française à un référendum sur la séparation. Un tel référendum dans l'ouest du Cameroun passerait avec 98% ou plus.

6. La deuxième option d'une guerre civile est celle que les Camerounais de l'Ouest qui souhaitent préserver un Cameroun uni envisageraient de soutenir. L'initiative de la guerre civile peut venir du nord et trouver un soutien immédiat parmi les Camerounais de l'Ouest qui hésitent à se séparer. La région Ouest est susceptible de rejoindre et une partie du littoral est également susceptible d'être à bord. Comme de nombreux militants du Nord l’indiquent déjà, M. Frank Biya ne sera pas accepté par le Nord. Il y a donc une base pour 6-7 régions pour s'unir dans un projet de guerre civile visant à libérer le pays d'une alliance parasitaire entre la France et une certaine clique politique. Cette classe politique serait une continuation du régime Biya qui n'a pas réussi à réduire les tendances séparatistes dans l'ouest du Cameroun et n'a pas réussi à amener le développement dans les régions du nord. Les parasites sont également déterminés à perpétuer un système à parti unique qui rejette la démocratie et la règle constitutionnelle. Il est maintenant tout à fait clair que les principaux candidats à la direction du RDPC sont soit anglophones, soit nordistes. C’est l’indication d’un piège que le peuple camerounais a tendu. Si les Français et la clique y tombent, alors les gens seront obligés de choisir entre la séparation du Cameroun occidental du Cameroun uni et une guerre civile pour déloger l'ordre politique France-Afrique. Le nord n'a qu'un choix et c'est la guerre civile mais le soutien du Cameroun occidental fait qu'un tel projet est une conclusion d'avance même s'il conduira à une décennie ou deux d'instabilité. Aucune incantation de circonstances exceptionnelles ne peut sauver les Français. Ils doivent admettre qu'ils ont des cartes limitées sur la table.

7. L'idée d'un faux candidat de l'opposition anglophone comme compensation pour avoir contourné un anglophone pour la direction du parti RDPC est presque mort. Ils ont essayé la fausse décentralisation et même leurs conseillers savent maintenant que c'était faux. Rien ne peut repousser la séparation du Cameroun occidental comme un retour au système fédéral de gouvernement avec des constitutions à deux niveaux et sans M. Biya ou un Biya à Etoudi. Le système gaspillerait des ressources et de l'énergie pour une fausse opposition anglophone. Nous savons déjà qui sont les politiciens de l'opposition. Il est curieux que le régime et la France recherchent un candidat de l'opposition anglophone plutôt qu'un candidat anglophone du RDPC. Il montre tacitement leur moquerie de la démocratie constitutionnelle multipartite transparente.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter