Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 29Article 516520

Politique of Friday, 29 May 2020

Source: afrikinfo.net

Naissance du MPDR: le Pr. Shanda Tonme dévoile ses réelles motivations


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le président national du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation ( Mpdr), nouveau parti politique sur l’échiquier politique camerounais a donné ses motivations. Il s’est exprimé face aux hommes de médias, le 28 mai 2020 à son domicile de Yaoundé.

« Laissons la bagarre de côté. Le temps du village est passé. Maintenant c’est le temps du Cameroun. », confie le Pr. Jean Claude Shanda Tonme d’entame de jeu. En effet, cette déclaration résume ce en quoi va consister le leitmotiv du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation ( Mpdr), parti politique né il y a quelques jours. Déclaration de création du parti politique signée par le ministre de l’administation territoriale Paul Atanga Nji.

En effet, selon le Prof., désormais ancien acteur de la société civile, Son parti politique n’a pas comme priorité la conquête du pouvoir d’Etoudi. « La présidence ne m’intéresse pas. Du moins pour le moment. » confirme t’il. La mission principale serait de contribuer à mettre un terme au climat de haine et de rancœur que vit le pays depuis quelques années.

Pour cela, la démarche est simple. « On va créer des comités populaires de médiation dans les quartiers. » Car d’après lui, « le Cameroun ne peut se faire qu’à partir de la base. Et la base ne peut se trouver que dans les quartiers.» Il s’agit en effet, de faire la politique autrement. Redonner aux camerounais, des vrais valeurs patriotiques. « Nous avons intérêt à préserver le Cameroun » Car, à en croire le président du Mpdr, le pays fait face une révolution sans intérêt.
« Je suis puissant par ce que j’ai une maîtrise des problèmes sociaux. On entend les gens s’exhiber, ils veulent changer le Cameroun. Il faut bien se poser la question de savoir quel dimension sociale vous avez ? Si vous avez un bilan social. C’est ça le vrai problème. On vous a vu sur quel problème social majeur ? Êtes vous aller dans les commissariats pour aider les gens. On ne crée pas un parti de belles cravates et de beaux costumes pour aller à la télévision. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. On veut, comme il y a 40 ans en arrière, les gens n’allait pas dans les tribunaux. Les chefs de quartier résolvaient des litiges. Aujourd’hui les gens sont plus actif dans les commissariats. Certains passent le temps à insulter le président de la république et pourtant n’ont encore rien fait de réel dans leur communauté. Il faut être sur le terrain. »

La question de fédéralisme

Pour ce qui est du fédéralisme, le professeur Shanda Tonme donne la position du Mpdr. « A l’échelle globale, c’est sans langue de bois que je dis et je redis. Notre pays a connu le fédéralisme. Et c’était très bien. En réalité quand je cause avec nos frères anglophones qui parlent de sécessionnisme, il avoue que c’est parce que le pouvoir a été trop centralisé à Yaoundé que qu’ils sont fâchés. Faisons. Cela pourra raffermir le pouvoir central. Ça va enlever beaucoup de pression aux pouvoir central. Faisons le fédéralisme même à 10 ou 06 États. Mais une fois de plus travaillons à promouvoir et à favoriser un processus qui avance tranquillement dans le cadre des institutions actuelles. Et en respectant ceux qui tiennent les rennes du pouvoir. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter