Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 08Article 565970

Actualités Régionales of Friday, 8 January 2021

Source: Cameroon Info

NOSO: un poste de contrôle le long de l'autoroute Babadjou-Matazem attaqué

Deux gendarmes, un policier et un civil auraient été tués aux petites heures du vendredi 8 janvier 2021, lorsque des séparatistes armés présumés ont attaqué un poste de contrôle de sécurité le long de l'autoroute Babadjou-Matazem. Babadjou est dans la région ouest du Cameroun tandis que Matazem est dans la région nord-ouest.

Selon des rapports provisoires, un officier de gendarmerie de la compagnie de gendarmerie de Mbouda a été blessé avec un civil, un chauffeur de camion adjoint.

Selon des sources ouvertes, les forces de l'État tuées dans l'attaque comprennent un gendarme de la société de gendarmerie de Mbouda, un inspecteur de police au poste de police de Mbouda et un gendarme de la brigade de gendarmerie de Babadjou.

Le seul civil décédé serait un chauffeur de camion dont l'assistant a été blessé.

Les personnes au courant de l'incident affirment que des balles ont perforé le camion et d'autres véhicules qui se trouvaient sur les lieux de l'attaque.

L'attaque de vendredi intervient deux jours après qu'un engin explosif improvisé aurait été posé par des combattants séparatistes à Momo, dans la région du Nord-Ouest, a explosé, tuant cinq personnes, dont quatre soldats et la déléguée divisionnaire de Momo pour la communication, Mme Liwusi Rebecca Jeme.

Un autre engin explosif improvisé a été diffusé jeudi par les forces de l'État à Kumba. Mercredi, le capitaine de la marine Atonfack Guemo Cyrille Serge, chef de la division de la communication au ministère de la Défense, a déclaré qu'un soldat avait été grièvement blessé par balle lors d'une attaque le soir du Nouvel An. Une opération menée le lendemain par des agents de sécurité a entraîné la mort de deux personnes - Kum Bah Gilbert alias Lion et Ngong Godlove. Les autorités ont déclaré que les personnes tuées étaient membres d'un «gang».

Les forces de l'État camerounais se battent pour déloger les séparatistes armés qui ont dressé leurs tentes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis que les manifestations anglophones se sont transformées en conflit armé en 2017.

Les demandes des entreprises par les avocats de la common law et les enseignants anglophones ont conduit à des manifestations en novembre 2016. Les manifestations de rue se sont ensuite transformées en batailles à coups de feu entre les forces de l'État et les combattants séparatistes armés dans les régions à prédominance anglophone, entraînant une destruction incalculable de vies humaines. les habitats et les moyens de subsistance.

Les meurtres, les enlèvements, les incendies criminels, les mutilations et la terreur pure et simple font désormais partie de la vie quotidienne dans certaines parties des régions anglophones.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter