Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 21Article 609274

Actualités of Wednesday, 21 July 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO: un ‘Général’ sécessionniste et ses hommes kidnappés par un autre groupe rebelle

Des affrontements ont eu lieu entre les membres du groupe ADF et ceux de TTA play videoDes affrontements ont eu lieu entre les membres du groupe ADF et ceux de TTA

• Il s'agit du « Général » de Efang alias Big Mumba

• Ils ont étés enlevés par un commando de la branche TTA

• Des affrontements ont eu lieu entre les membres du groupe ADF et ceux de TTA


Le « Général » de Efang alias Big Mumba de la branche Ambazonia Defens Force (ADF) et 6 de ses hommes ont été enlevés par un commando de la branche TTA.

Selon les premières informations recueillies par la rédaction de CamerounWeb, ces enlèvements sont intervenus après de rudes affrontements entre les deux camps. Suite à ce kidnapping, les membres de la branche ADF ont exigé la libération immédiate de leur chef sous peine de commettre un massacre à Bui dans la région du Nord-ouest.

Une source locale à Guzang toujours dans la région du Nord-ouest révèle que des affrontements ont eu lieu entre les membres du groupe ADF et ceux de TTA avec un bilan de 20 morts, soit 10 tués du côté de chaque groupe.

Pour l’heure, les autorités sécuritaires du Cameroun n’ont pas communiqué sur ces affrontements.

NOSO : violents affrontements entre l’armée et les troupes du 'général No Pity'

La crise dite anglophone qui secoue le Cameroun depuis 2016 est sans repit. Au jour le jour les violences se multiplient. Il y a quelques jours, de violents affrontements ont eu lieu à Balikumbat dans le Nord-Ouest. Ils opposaient l’armée et les hommes du général No Pity, un des redoutables guerriers ambazoniens qui sème la terreur dans la zone. Selon les informations, il s’agissait d’une opération commando de l'armée dans l'un des fiefs du general No Pity ! Il était question d'éliminer celui qui a lui tout seul était responsable de la tuerie d'au moins 15 soldats tués en 13 jours. Mais la résistance de ce général surnommé "le monstre" par les soldats a laissé des empruntes dans l'environnement où se déroulaient les combats. Sur les murs, l’on peut voir des traces de balles, tandis que les flaques de sang suintent sur le sol, au lieu où les combats se sont déroulés.

Bilan

Selon les premières estimations, plus de 20 personnes auraient été tuées donc 15 du coté séparatistes et 5 soldats. Un bilan qui reste à confirmer. Mais selon les témoins, les combats étaient tellement intenses qu’il est impossible que seulement 20 personnes seulement aient perdu la vie.

L'armée annonce avoir neutralisé 15 de ses éléments, No Pity dément de son côté et répond avoir éliminé 5 soldats. Les violences se sont accrues ce dernier temps dans la zone de guerre. Deux gendarmes ont été tués puis décapités dans la nuit de mardi à mercredi 14 juillet à Babadjou, ville située à la frontière entre la région de l’Ouest et le Nord-Ouest du pays. « Tard dans la nuit de mardi, les séparatistes ont attaqué le poste de contrôle de Zavion à Babadjou », dans le département de Bamboutos et la région de l'Ouest, a indiqué le maire de la ville. « L’attaque s’est passée inaperçue. C’est ce matin que les riverains ont découvert les corps de deux gendarmes décapités. Le troisième gendarme qui était aussi à ce poste de contrôle, est toujours porté disparu, il a certainement été pris en otage par les séparatistes », a précisé l’élue.

Rejoignez notre newsletter!