Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 02Article 611386

Actualités of Monday, 2 August 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO: plusieurs militaires tués dans l'explosion d'une bombe artisanale à Lebialem

L’attaque a été revendiquée par les 'Red Dragons' L’attaque a été revendiquée par les 'Red Dragons'

• L'attaque s'est produite ce dimanche 1er août

• Les vicitmes ont été évacuées par hélicoptère

• L’attaque a été revendiquée par les 'Red Dragons'


Un véhicule de l’armée camerounaise a été touché par une bombe artisanale à Mveh, près du centre de santé Mary, dans la sous-division de Fontem, Lebialem, dans la région du Sud-Ouest ce dimanche.

Selon les premières informations recueillies par la rédaction de CamerounWeb, plusieurs éléments des forces et de défense ont perdu la vie dans cette attaque. Des sources locales déclarent avoir aperçu des corps sans vie allongés à côté du véhicule totalement détruit.

Les renforts dépêchés sur les lieux ont permis de sécuriser la zone avant l’arrivée d’un hélicoptère qui a évacué les victimes

L’attaque a été revendiquée par les « Red Dragons » du tout puissant chef de guerre sécessionniste Field Marshall.

Pour l'heure, la hiérarchie de l'armée n'a pas encore communiqué sur cette attaque.

NOSO: la tension monte au sein de l'armée, le Gal Nka Valere convoqué à Yaoundé

C’est un fait ! Des dizaines de militaires camerounais sont tombés au front dans la lutte armée qui secoue les régions anglophones du Cameroun. Cette triste réalité commence par créer la psychose au sein de la hiérarchie militaire.

En effet la rédaction de CamerounWeb a appris par le biais du lanceur d’alertes Boris Bertolt que, «des officiers supérieurs de renseignement de l’armée camerounaise dénoncent le fait qu’ils sont actuellement dans l’incapacité de faire leur travail.». Cette frustration serait due au fait que les comptes rendus de renseignement opérationnel sont systématiquement tripatouillés par les hommes politiques qui imposent les contenus.

Il précise que la situation est d’autant plus grave que « plusieurs officiers de l’armée confient que le nombre de militaires décédés sur le front en zone anglophone est largement supérieur à ceux publiés officiellement ou même ceux en circulation sur les réseaux sociaux ». Cette pratique serait justifiée par la volonté des gouvernants de « ne pas démoraliser la troupe ».

A ce scandale s’ajoute l’affaire du choix des éléments sur le terrain. En effet, on accuse la hiérarchie militaire de protéger ses proches « alors que d’autres sont relevés certains doivent attendre parfois 1 ans voir deux ».

La rédaction de CamerounWeb apprend aussi qu’afin de calmer la tension sur le terrain, le général Nka Valere, commandant des opérations en zone anglophone, est convoqué de toute urgence au ministère de La Défense pour s’expliquer face à Beti Assomo.

Rejoignez notre newsletter!